Hommage à François Gèze

C’est avec une infinie tristesse que j’ai appris la mort de François Gèze.

J’ai toujours admiré sa rigueur intellectuelle, son respect de l’engagement, son intransigeance obligeant à ne jamais accepter de compromis humainement dégradant et son professionnalisme en tant qu’éditeur.

C’est place Paul Painlevé que je l’ai rencontré pour la première fois. C’est à lui que j’avais confié que j’avais les pièces de théâtre écrites par mon père. Il n’aura cessé pendant des années de chercher des écrits de Frantz Fanon. Grâce à son souci de rendre accessibles des textes inédits participant à la réflexion sur l’humain et sur l’urgente obligation de collaborer activement au projet collectif décolonial afin de changer le monde il aura œuvré, avec courage et audace, à de très nombreux paris éditoriaux, entre autres avec la parution des Écrits sur l’aliénation et la liberté.

Dès la décision d’une Fondation Frantz Fanon prise il en a été un des piliers de référence et un soutien sans faille.

Si aujourd’hui nous devons lui dire adieu c’est avec tristesse, bien sûr, mais avec la certitude que nous avons eu le privilège de rencontrer et de cheminer auprès d’un homme de qualité. Étant à l’étranger je ne pourrais malheureusement pas être là pour lui dire au revoir et cela me peine infiniment.

François Gèze va manquer à de nombreux amis et camarades 

Il nous laisse un peu orphelins 

Il va terriblement me manquer 

Mireille Fanon Mendès France

A propos admin 561 Articles
Fondation Frantz Fanon