Tomorrow other Mumias will rise

En français

The Frantz Fanon Foundation was invited to participate in an event organized by the Free Mumia Abu Jamal Campaign in London. Here is Mireille Fanon Mendès France’s contribution.

One more birthday; Mumia Abu Jamal is still illegally detained, for over 40 years, for a crime he did not commit.

Hopes, mobilizations, marches, visits, letters, organized and orchestrated campaigns. Some victories, and not the least, have been achieved, but Mumia is still behind bars.

Should we accept the situation? Certainly not; Mumia Abu Jamal is definitely a man who stands up in the Fanonian sense of the word. He has never given in, never given up on proclaiming his innocence. To mobilize his supporters to continue their tireless work of solidarity and mobilization.

Mobilizing for Palestine, for Haiti, against police violence and racist crimes in the United States and elsewhere. He can discuss different cases with journalistic precision. Nothing escapes his attention as long as it questions the dominant liberal capitalist system that oppresses and kills. 

He discusses with precision the state of struggles and analyzes the consequences of a coloniality of power that is exercised over black, Arab, racialized and excluded bodies. He leaves no stone unturned when it comes to the political erring ways of a white left that has yet to rid itself of its perception of superiority in the face of the victims of institutional and structural racism. 

It is easy to understand why the judicial and police systems prefer to keep him in prison when there is every reason to release him; the evidence is insufficient, some has been manipulated, some witnesses have been subordinated. Some exhibits were withheld; it took the pugnacity of Mumia, his supporters and his lawyers to finally uncover the missing boxes. Despite the new documents, the justice system refused to bend. He had to stay in prison. For anyone familiar with the case from a political and legal standpoint, this is nothing less than a denial of justice resembling ill-treatment, if not torture.

Since the 1980s, Mumia has symbolized the man to be punished. His commitments, his political reflections on the racist system that has been in place in the United States since colonization and enslavement, and which has continued with segregation, Jim Crow laws and today with what Michelle Alexander identifies as the new Jim Crow laws, threaten a system that brooks no criticism. Any criticism is an attack on that system. Mumia Abu Jamal, along with others, opened the long list of political prisoners. Today, that list is growing dangerously long. The system knows that its model is on its last legs; it can’t stand it, and prefers to muzzle with violence and outside any right to fair justice, all those who criticize it and denounce the serious violations committed by all the supporters of a liberal capitalist racist system can be arrested and tried, as we see everywhere against all those denouncing the genocide against the Palestinians in Gaza. All criticism must be buried.

So they change the laws, invent new references, new standards, criminalize actions of demonstration or protest on the pretext that they would jeopardize this predatory and deadly system.  Criminals are protected by impunity; predatory companies are protected; the theft of land and the plundering of wealth are encouraged by delegitimizing the right to self-determination and political sovereignty. Bombs fall by the thousands on genocidal Gaza, and this war crime is justified; the State of Israel has the right to defend itself! This system wallows in the blood of Palestinians murdered and starved before our very eyes. The criminalization of those who stand up to say NO will not silence us. Mumia continues his fight, still standing. Tomorrow other Mumias will rise. Our voices will only be silenced when this liberal capitalist system stops using the paradigm of domination that has led to the death of millions of men and women since the ontolological lie that has been the lie since 1492.

The Human Rights Council may well be agitating to create yet another mechanism to combat racism affecting black people, but nothing will change until the international community recognizes that institutional and structural racism is consubstantial with the liberal capitalist system which, in order to build itself, needed to establish the politics of race as a means of hierarchizing humanity. Until the paradigm of domination by race is abolished, until the system that supports this belief is abolished, racism has a bright future ahead of it. And Africans and Afro-descendants can still fear for their lives and fight for their right to life and dignity.

Nothing has changed, as Mumia Abu Jamal points out from the depths of Frackville prison. He comes out and the world ignites; it begins to breathe. This is unbearable for the white system of racist domination. A black man gives hope to all the damned, and the system begins to tremble! what will happen next?

And I’m thinking of Haiti, which is paying a high price for its fight against slavery and for its emancipation. The fact that black people dared to wring the colonists’ necks is an immeasurable affront. Nothing can wash it away. That these people had the audacity to create the first Black Republic is too much… The blame must be paid ad vitam aeternam. Mumia is one of those men who will be made to pay 1,000 times over for a crime he didn’t commit, because he looks his torturers in the eye.  He has never given up; weak, he has never given up the fight. 

How far will he go? Mumia will go to the end of his strength wherever he is, inside or outside, to defend his brothers and sisters who have been racialized, mutilated, expelled or killed, and to denounce a system of domination and oppression. Nothing will stop the man who, even on death row, has never stopped writing, and continues to testify every week on the Prison Radio program about the march of a shaky world unable to stand on its own two legs.

Mumia never gives up, never renounces waking us up, alerting us, never letting our guard down. Never believing the fight is over. Mumia gives us hope. His release must be our hope.  Our solidarity must be strengthened around his state of health, of course, but also around that of all elderly prisoners suffering from pathologies that are not taken care of, or in any case very poorly taken care of, in the prison system, as if it were a question of this system doubling the punishment of many prisoners by a death in prison.  Let’s demand appropriate care, but above all let’s demand the release of elderly prisoners suffering from pathologies that cannot be seriously treated inside the prison.

Beyond this campaign, which will include, among others, all political prisoners deprived of freedom when they should have been released long ago, we must also make use of what is in our hands. Since, January 2015, the UN decided on an international decade for people of African descent, its existence has been skilfully nurtured by a UN that constantly wields paradox and today is more than ever part of the problem. This organization has done everything, or rather nothing, to make it visible and a common cause for all victims of institutional and structural racism. The words around which victims should have rallied are Recognition, Justice, Development.

Let us, as Afro-descendants and Africans, raise the issue of justice for the thousands of people, mostly Africans and Afro-descendants, imprisoned while being denied justice in the name of the instrumentalization of race.

Let’s force the UN to organize an international campaign for emancipated, decolonial justice for all victims of racial and class justice.  This approach would open up the question of collective and political reparations, which are all too often ill-considered within the UN framework. This issue is far too serious to be left in the hands of states or certain members of civil society who want reparations only on an individual level.

Mumia Abu Jamal stays standing and our fight is far from over.

Until victory, until Mumia Abu Jamal’s release.

Until we change the paradigm of domination that keeps a large part of humanity in indignity and zones of lawlessness!

Mobilization against a system that kills, mutilates, denies dignity and expels is an integral part of our mobilization to demand the immediate release of Mumia Abu Jamal. Let’s not abandon Mumia or the fight against institutional racism. Let’s fight for the dignity of racialized people, let’s oppose, on an international level, a system of racist, liberal domination that decides who should live and who should die.

For the dignity of racialized people.

Mireille Fanon Mendès France


Demain d’autres Mumia se lèveront

La Fondation Frantz Fanon était invitée à participer à l’évènement organisé par la Campagne pour la libération de Mumia Abu Jamal à Londres. Voici la contribution de Mireille Fanon Mendès France, co-présidente de la Fondation.

Un anniversaire de plus, 70 ans; Mumia Abu Jamal est toujours illégalement détenu, depuis plus de 40 ans, pour un crime qu’il n’a pas commis.

Des espoirs, des mobilisations, des marches, des visites, des courriers, des campagnes organisées, orchestrées. Quelques victoires et non des moindres ont été obtenues mais Mumia est toujours derrière les barreaux.

Doit-on se résigner ? Certes, non ; Mumia Abu Jamal est définitivement un homme debout au sens fanonien du terme. Il n’a jamais cédé, n’a jamais renoncé à clamer son innocence. A mobiliser ses soutiens pour qu’ils continuent leur inlassable travail de solidarité et de mobilisation.

A mobiliser pour la Palestine, pour Haïti, contre les violences policières, les crimes racistes aux Etats Unis mais aussi ailleurs. Il peut échanger avec une précision journalistique sur différents cas. Rien ne lui échappe dès lors que cela questionne le système capitaliste libéral dominant qui oppresse et tue. 

Il échange avec précision sur l’état des luttes et analyse les conséquences d’une colonialité du pouvoir qui s’exerce sur les corps noirs, arabes racisés et exclus. Rien ne lui échappe quant aux errements politiques d’une gauche blanche qui ne s’est toujours pas débarrassée de sa perception de supériorité face aux victimes du racisme institutionnel et structurel.  

On comprend alors que les systèmes judiciaire et policier préfèrent le maintenir en prison alors qu’il y aurait toutes les raisons de le relâcher ; les preuves sont insuffisantes, certaines ont été manipulées, certains témoins ont été subordonnés. Des pièces ont été retenues ; il aura fallu la pugnacité de Mumia, de ses soutiens et de ses avocats pour enfin découvrir les cartons manquants. Malgré la communication de nouvelles pièces, la justice ne plie pas. Il doit rester en prison. Pour qui connaît bien le cas sur les plans politiques et juridiques, il s’agit ni plus ni moins d’un déni de justice s’apparentant à du mauvais traitement, voire à de la torture.

Dès les années 80, Mumia a symbolisé l’homme à abattre. Ses engagements, ses réflexions politiques sur le système raciste mis en place aux Etats Unis depuis la colonisation, la mise en esclavage et qui s’est poursuivi avec la ségrégation, les lois Jim Crow et aujourd’hui avec ce que Michelle Alexander identifie comme les nouvelles lois Jim Crow, menacent un système qui ne souffre aucune critique. Toute critique est une attaque contre ce système. Mumia Abu Jamal a ouvert, avec d’autres, la longue liste des prisonniers politiques. Actuellement, cette liste s’allonge dangereusement. Le système sait son modèle sur une ligne d’agonie ; il ne le supporte pas et préfère museler avec violence et en dehors de tout droit à une justice équitable, tous ceux qui le critiquent et dénoncent les violations graves commises par l’ensemble des adeptes d’un système raciste capitaliste libéral peuvent être arrêtés et jugés, comme on le voit, un peu partout contre toutes les personnes dénonçant le génocide contre les Palestiniens de Gaza. Toute critique doit être enterrée.

Alors on change les lois, on invente de nouvelles références, de nouvelles normes, on criminalise des actions de manifestation ou de protestation au prétexte qu’elles mettraient ce système prédateur et mortifère en péril. On organise la protection, par la construction d’une impunité, des criminels ; on protège les entreprises prédatrices, on favorise le vol des terres et le pillage des richesses par une délégitimation du droit à l’autodétermination et à la souveraineté politique. Des bombes tombent par milliers sur Gaza génocidée et ce crime de guerre est justifié ; l’Etat d’Israël a le droit de se défendre ! Ce système se vautre dans le sang des Palestiniens assassinés et affamés sous nos yeux. La criminalisation de ceux qui se lèvent pour dire NON ne pourra nous faire taire. Mumia continue son combat, est toujours debout. Demain d’autres Mumia se lèveront. Nos voix ne s’éteindront que lorsque ce système capitaliste libéral cessera d’utiliser le paradigme de la domination qui a mené à la mort des millions d’hommes et de femmes depuis le mensonge ontolologique qu’a été le mensonge installé depuis 1492.

Le Conseil des Droits de l’Homme peut bien s’agiter en créant un énième mécanisme pour lutter contre le racisme affectant les Noirs, rien ne changera tant que la communauté internationale ne reconnaîtra pas que le racisme institutionnel et structurel est consubstantiel du système capitaliste libéral qui pour se construire a eu besoin de mettre en place la politique de la race comme moyen de hiérarchiser l’humanité. Tant que le paradigme de domination par la race, tant que le système qui porte cette croyance ne sera pas aboli, le racisme a de beaux jours devant lui. Et les Africains et les Afro-descendants peuvent encore craindre pour leur vie et combattre pour leur droit à la vie et à leur dignité.

Rien n’a changé et c’est cela que précise Mumia Abu Jamal du fond de la prison de Frackville. Il sort et c’est le monde qui s’embrase ; qui se met à respirer. Cela est insupportable pour le système de domination raciste blanc. Qu’un noir donne, redonne de l’espoir à tous les damnés et le système se met à trembler ! que se passera-t-il ensuite ?

Et je pense à Haïti qui paie le prix fort de sa lutte contre la mise en esclavage et de son émancipation. Que des Noirs aient osé tordre le cou aux colons et c’est un affront incommensurable. Rien ne peut le laver. Que ce peuple ait eu l’outrecuidance de créer la première République noire, c’en est trop… La faute doit être payée ad vitam aeternam. Mumia est de ces hommes à qui l’on fera payer 1 000 fois le prix d’un crime qu’il n’a pas commis parce qu’il regarde ses bourreaux les yeux dans les yeux. Malade, il n’a jamais flanché ; affaibli, il n’a jamais renoncé à ses combats. 

Jusqu’où ira-t-il ? Mumia ira jusqu’au bout de ses forces où qu’il soit, dedans ou dehors, pour défendre ses frères et sœurs racisés, mutilés, expulsés, tués et pour dénoncer un système de domination et d’oppression. Rien n’arrêtera celui qui, même dans le couloir de la mort n’a jamais cessé d’écrire, continue de témoigner, dans le programme Prison radio, toutes les semaines de la marche d’un monde cahotant et incapable de se tenir sur ses deux jambes.

Mumia ne lâche rien, ne renonce pas à nous réveiller, à nous alerter, Ne jamais baisser la garde. Ne jamais croire le combat terminé. Mumia donne l’espoir. Sa libération doit être notre espoir.  Notre solidarité doit se renforcer autour de son état de santé, certes mais aussi autour de celui de tous les prisonniers âgés souffrant de pathologies non prises en charge ou en tout cas très mal prises en charge dans le système carcéral, comme s’il s’agissait pour ce système de doubler la peine de nombreux prisonniers par une mort en prison.  Demandons une prise en charge appropriée mais surtout demandons la libération des prisonniers âgés porteurs de pathologie ne pouvant être sérieusement soignées à l’intérieur de la prison.

Au-delà de cette campagne qui inclura entre autres l’ensemble des prisonniers politiques privés de liberté alors qu’ils auraient dû être libérés depuis bien longtemps, il faut aussi se servir de ce qui est entre nos mains. Depuis, janvier 2015, l’ONU a décidé d’une décennie internationale pour les personnes d’ascendance africaine, son existence a été savamment entretenue par une ONU qui manie en permanence le paradoxe et qui aujourd’hui est plus que jamais une partie du problème. Cette organisation a tout fait, ou plutôt n’a rien fait pour qu’elle soit visible et devienne une cause commune pour l’ensemble des victimes du racisme institutionnel et structurel. Les mots autour desquels les victimes auraient dû se rassembler sont Reconnaissance, Justice, Développement.

Portons, en tant qu’Afro-descendants et Africains, la question de la justice pour les milliers de personnes, majoritairement des Africains et des Afro-descendants, emprisonnés alors qu’ils sont victimes d’un déni de justice au nom de l’instrumentalisation de la race.

Obligeons l’ONU à organiser, au niveau international, une campagne pour une Justice émancipée et décoloniale pour l’ensemble des victimes d’une justice de race et de classe.  Cette approche permettra ainsi d’ouvrir la question des réparations collectives et politiques trop souvent mal posées dans le cadre de l’ONU. Cette question est bien trop sérieuse pour la laisser entre les mains des Etats ou de certains membres de la société civile qui ne désirent des réparations que sur le plan individuel.

Mumia Abu Jamal est toujours debout et notre combat est loin d’être terminé.

Jusqu’à la victoire, jusqu’à la libération de Mumia Abu Jamal.

Jusqu’au changement du paradigme de la domination qui maintient une grande partie de l’humanité dans l’indignité et des zones de non droit !

La mobilisation contre un système qui tue, mutile, nie la dignité, expulse est partie intégrante de notre mobilisation pour exiger la libération immédiate de Mumia Abu Jamal. N’abandonnons ni Mumia ni le combat contre le racisme institutionnel. Combattons pour la dignité des racisés, opposons nous, au niveau international, à un système de domination raciste libéral qui décide de qui doit vivre ou de qui doit mourir.

Pour la dignité des racisés.

Mireille Fanon Mendès France

A propos admin 565 Articles
Fondation Frantz Fanon