Ecole Décoloniale 2019-2020 : l’intégralité des séances sur Youtube !

Toutes les séances de l’Ecole Décoloniale, programme de formation politique issu du Bandung du Nord organisé par la Fondation Frantz Fanon, Paroles d’Honneur et le Parti des Indigènes de la République sont maintenant disponibles en HD sur Youtube !

Première séance : Bases pour une théorie décoloniale

Avec Norman Ajari, docteur en philosophie, enseignant à Villanova University (Philadephie), auteur de « La Dignité ou la mort : éthique et politique de la race » (La Découverte, 2019), membre du bureau de la Fondation Frantz Fanon. Son intervention s’intitule « Penser politiquement race, classe et genre au delà de l’intersectionnalité». 

Selim Nadi, docteur en histoire, enseignant à l’université Lyon 2, chercheur invité au Centre d’histoire européenne d’Oxford, membre du Parti des Indigènes de la République (PIR). Son intervention s’intitule « L’État-nation comme pivot de l’impérialisme».

Intervention de Ramon Grosfoguel, enseignant à l’Université de Californie (Berkeley), lue par Yannis (Paroles d’Honneur) : « Questionner l’application du système de l’Etat-Nation au projet d’indépendance catalane».  

Deuxième séance : Panafricanisme, Tiers-mondisme et Réparations, une approche décoloniale

Avec Amzat Boukari Yabara, historien, militant panafricain au sein de la Ligue Panafricaine – Umoja (LP-Umoja), et auteur, notamment, de « Africa Unite ! Une histoire du panafricanisme » (La Découverte, 2014). Le titre de son intervention est : « Panafricanisme et Réparations, par tous les moyens nécessaires ? »

Kossi Ayomide Paul (01:18) et Rania Majdoub (20:56), militants décoloniaux et anti-racistes au sein du Parti des Indigènes de la République (PIR). Le titre de leur intervention est : « Du colonialisme et de la Reparation »

Mireille Fanon Mendès-France, militante décoloniale et présidente de la Fondation Frantz Fanon. (39:27).

Troisième séance : Décoloniser l’anti-impérialisme

Avec Adrien Nicolas, membre du Collectif « Ni Guerres Ni État de Guerre ». Titre de son intervention : « Anti terrorisme et impérialisme français depuis 2014 et crise de l’anti-impérialisme »

Mehdi Meftah, membre du Parti des Indigènes de la République (PIR). Titre de son intervention : « Pour un anti-impérialisme décolonial »

Selim Nadi, docteur en histoire et militant au Parti des Indigènes de la République (PIR) et Youssef Boussoumah, militant historique des luttes pour la Palestine. Titre de leur intervention : « En finir avec le #sionisme d’extrême-gauche ! »

Simon Assoun, membre de la coordination nationale à l’Union Juive Française pour la Paix (UJFP). Titre de son intervention : « Extrêmes-gauches : la centralité de la lutte palestinienne en question. »

Quatrième séance : Les théories du complot, l’extrême-droite et Nous

Avec René Monzat, journaliste, militant de la gauche radicale, spécialiste de l’extrême-droite, il a été un des animateurs principaux du réseau contre le #racisme « Ras l’Front », et il est l’auteur de nombreux articles et ouvrages dont « Les voleurs d’avenir : pourquoi l’extrême droite peut avoir de beaux jours devant elle » (Textuel, 2004) Le titre de son intervention est : « Le #complotisme, une arme de démobilisation massive? »

Wissam Xelka, doctorant en sociologie, journaliste à Paroles D’Honneur, et membre du Parti des Indigènes de la République (PIR). Le titre de ses interventions : « Les Indigènes sont-ils des conspirationnistes en puissance ? Les faiblesses de l’anti conspirationnisme de gauche » et « L’alt-right française, renouveau d’un suprémacisme Blanc décomplexé. »

Cinquième séance : Être Juif et le rester, réflexions sur la question juive

Avec Simon Assoun, éducateur spécialisé, membre de la coordination nationale de l’ Union Juive Française pour la Paix (UJFP) et militant au Nouveau Parti Anti-capitaliste (NPA). Le titre de son intervention est : « L’Etat nation et la lutte contre l’antisémitisme. Quelles politisations aujourd’hui ? »

Raphaël Cahen, étudiant en philosophie à l’université de Toulouse préparant une thèse sur la question de l’État dans la tradition juive. Le titre de son intervention est : « Le sionisme et la Torah »

Martin Paul Charbit, réalisateur, auteur du documentaire « Un retour à Fez », diffusé en exclusivité pour les personnes présentes à La Colonie (barrée). (01:31:16)

Joëlle Marelli, traductrice, poète et chercheuse indépendante, ancienne directrice de programme au Collège international de philosophie. Elle travaille actuellement à un recueil de textes de l’universitaire irako-israélo-américaine Ella Shohat sur les juifs arabes, à paraître à la rentrée prochaine aux éditions Lux. Le titre de son intervention est : « Grammaires juives des verbes être et rester »

Sixième séance : Les hommes indigènes peuvent-ils parler ?

Avec Norman Ajari, docteur en philosophie, enseignant à Villanova University (Philadephie), auteur de « La Dignité ou la mort : éthique et politique de la race » (La Découverte, 2019), membre du Parti des Indigènes de la République et du bureau de la Fondation Frantz Fanon. Il s’attachera à nous offrir une introduction aux thèses du Dr. Tommy. J. Curry.

Tommy J. Curry, docteur en philosophie, professeur de philosophie à l’Université d’Edimbourg, spécialiste des philosophies africaines et des études sur la masculinité noire, auteur de « The Man-Not : Race, class genre and the dilemmas of Black Manhood » (2017), ouvrage remettant radicalement en cause le discours progressiste dominant sur les rapports de domination. Démontrant le caractère infondé et fantasmatique d’un prétendu « privilège » des hommes noirs, il y décrit l’expérience de la masculinité non-blanche comme une surexposition à une misandrie anti-noirs : violence d’État, criminalisation, mais également un discours féministe qui rationalise leur déshumanisation. Le titre de son intervention est : « L’ étude des hommes noirs comme méthode décoloniale : dépasser le féminisme intersectionnel fondé sur les sous-cultures des théories de la violence« .

Présenté par Houria Bouteldja, porte-parole du Parti des Indigènes de la République. Sa présentation s’intitule : «Défaire l’universalité du féminisme blanc : patriarcat et masculinités subalternes».

admin
A propos admin 439 Articles
Fondation Frantz Fanon