Derek Chauvin’s conviction, a step forward?

French version below

The conviction of racist police officers, guilty of police violence resulting in death, is a rare enough event to be welcomed. With the sentencing of Derek Chauvin to 22 years in prison for the murder of George Floyd, the U.S. courts have handed a rare victory to the Afro-decolonial mobilizations that have swept the world in the wake of this umpteenth negrophobic police killing.

The struggle of political anti-racism cannot be satisfied with this isolated conviction, while the overwhelming majority of victims of structural racism are still denied access to Law, Justice, Dignity and reparations.

Joe Biden hailed the decision as « just ». The Frantz Fanon Foundation, for its part, emphasizes the abysmal gap between these 22 years of conviction for the murder of a black man and the life sentences and death penalty that await black men accused of the murder of a white police officer, like our brother Mumia Abu Jamal, who was convicted even though he has always denied his responsibility.

This ruling marks the long road ahead for making Black lives matter; this will only be possible when the paradigm of racialized capitalist domination is questioned, substantially challenged, and permanently overturned.

Frantz Fanon Foundation


Condamnation de Derek Chauvin, une avancée? 

La condamnation de policiers racistes, coupables de violences policières ayant entraîné la mort, est un fait suffisamment rare pour être salué. Avec la condamnation de Derek Chauvin à 22 ans de prison pour le meurtre de George Floyd, la Justice américaine offre une rare victoire aux mobilisations afro décoloniales qui ont traversé le monde à la suite de cet énième assassinat policier négrophobe. 

La lutte de l’antiracisme politique ne saurait se contenter de cette condamnation isolée, alors que l’écrasante majorité des victimes du racisme structurel se voit toujours refuser l’accès au droit, à la Justice, à la Dignité et aux Réparations.

Joe Biden a salué une décision « juste ». La Fondation Frantz Fanon, pour sa part, souligne l’écart abyssal entre ces 22 ans de condamnation pour le meurtre d’un homme noir et les peines de prison à vie et à la peine de mort qui attendent les hommes noirs accusés du meurtre d’un policier blanc, à l’instar de notre frère Mumia Abu Jamal condamné alors qu’il a toujours nié sa responsabilité.


Ce jugement marque le long chemin qui reste à parcourir pour que les vies noires comptent; cela ne sera possible que lorsque le paradigme de la domination capitaliste racialisante sera questionné, substantiellement remis en cause, et définitivement renversé.

Fondation Frantz Fanon

admin
A propos admin 482 Articles
Fondation Frantz Fanon