What do the Haitian people want? Can we listen to the voice of the Haitian people?

French version below

Demonstrating for several years to denounce the involvement of their president in a corruption scandal, the Haitian people have since July 2018 occupied the streets of the cities of the Haitian Republic against this same president who plays with constitutional arguments[1] – election in 2015 or in 2016? therefore does his term of office end in 2021 or 2022? -. The Superior Council of the Judiciary, recognized, at the beginning of February, the end of the mandate of the president and expressed itself « deeply concerned by the serious threats resulting from a lack of political agreement in response to the expiration of the constitutional mandate of the President of the Republic, His Excellency Jovenel Moïse on February 7, 2021”.

The Haitian people risk their lives in the face of the forces of order, the militias but also in the face of an army reinstated in 2017 by the same Moise when it had been suppressed by Jean Bertrand Aristide at the end of the Duvalier period. To justify this return of an army which has fomented dozens of coups d’état and has been accused of serious and repeated violations, Jovenel Moïse certified that this new army would be different: « the army is our mother. When our mother is sick and she wears dirty clothes, we do not kill her. We take her to the hospital. So let us join forces to provide the necessary care for our mother.  » The tone is set. The Haitian people are right to fear the abuses of a president who constantly destroys the legislative apparatus and who authorizes himself to govern by decree.

He put « to retirement », by presidential decree of February 8, 2021, three judges of the Court of Cassation, contesting their irremovability. It should be noted that these three judges had been approached by the opposition to lead a transitional government.

This decree, de facto, is null and void as it violates article 177 of the Constitution, which stipulates that « The judges of the Court of Cassation, those of the Courts of Appeal and the courts of first instance are irremovable. They can only be dismissed for legally pronounced breach or suspended following an indictment. They cannot be the object of a new assignment, without their consent, even in the event of promotion. Their service may only be terminated during their term of office in the event of duly established permanent physical or mental incapacity. » But he doesn’t care.

He is heading towards a policy of terror, torture and death that prevailed during the Duvalier years: arrest of the judge Ivickel Dabrésil, accused of wanting to overthrow him[2] – the latter should have assumed the presidency of the provisional government – but also of an Inspector General of the National Police and 23 other personalities who allegedly instigated an attack on his life; wanted notice against the mayor of Port au Prince, denounced for being a notorious criminal; arrests and imprisonments which follow, use by the 453 soldiers of the new Armed Forces of real bullets to disperse the demonstrations …

In a decision, the Supreme Council of the Judiciary says that the retention in power of the current president is not legitimate. The country is heading towards a dictatorial drift; this is feared by both the opposition and different sectors of civil society. And what the Haitian people no longer want, knowing the price they have already paid under the decades of the Duvalier dictatorship. Price to pay in terms of the right to public and private freedoms, the right to life and freedom of expression. Price to pay by decades of corruption process which was the rule of the dictatorship and continues to be ; thus, the Superior Court of Auditors[3] documented the numerous irregularities which allowed the embezzlement of the 1.5 billion euros fund granted by Venezuela under the Petrocaribe agreement; this sum was intended for development projects. Obviously, the president and Haitian businessmen were the main « beneficiaries ».

The country continued to be ruined but also the vast majority of the Haitian people who were forced to guarantee the nomenclature of the dictatorship to live in opulence, to survive in poor development, even in very great poverty.

It is this return to the future that Haitian society fears; this is what it reads under the explosion of insecurity in the country since the coming to power of Jovenel Moïse; insecurity largely fueled and instrumentalised by this power. Moreover, one need only look at the IMF data to glimpse that the political and security crisis is looming an economic crisis that is growing day by day. In 2019, inflation exceeded 20% and the economy entered recession with a reduction in national GDP of 1.2% for the same year, while in 2017, the country’s growth rate was 1.5 % and inflation at 14.7%.

Haitian society, in the street, is the only one to resist in the face of a predicted catastrophe; all the donors, the main ones being the United States, the European Union, the World Bank, the IMF, watch it, call for calm, balance and resume the path of dialogue …

We remain speechless.

In a context where the president undermines the independence of the judiciary system, where the army and a large part of the Police serve as an armed wing and put up with criminal acts of gangs or militias against the legitimate demonstrations of the Haitian people, we must doubt the role of the international community and certain UN agencies and their complicit silence. This is proof that this president has no respect for the institutions and the constitution and it does not bode well for this abandoned country, of which none of the donors is seeking an exit from crises respecting the interests of the majority of the Haitian people, including the end of corruption, the end of impunity protecting corrupt people regardless of their level of responsibility, the end of extreme poverty affecting 59% of the population[4], the end of choices not allowing the land reform to be brought to an end, the end of clientelism, the end of authoritarian and anti-democratic policies.

It is about something else than restoring democracy as affirmed it, in 1994, Bill Clinton, or before him the United States which occupied it between 1915 and 1934 or the French from 1625 to 1804. The Westerners , in the lead the United States and France, have not ceased since the independence of Haiti to want to impose their new order, their rule, thus depriving them of the possibility of building the history of their democracy of which they would have to define the limits, the variations.

To claim to restore or strengthen democracy is to impose it by force and behave like perfidious colonial states which reduce their aid according to the evolution of what democracy should be. If some leaders move away from it, they will be accused of criminal acts, such as Jean Bertrand Aristide.

The aim of the defenders of Western-style democracy is not to lose control of countries which offer them geostrategic positions in territories which may escape them. Isn’t that why France, with the help of the United States, succeeded in imposing an illegal debt on the brand new Republic of Haiti? Thus forcing him to make the choice, because it was best for « democracy », to repay this debt rather than rebuilding a country left in ruins by a Napoleon furious at the revolts of the enslaved. To drive the point home a little more, in the face of a young republic that does not respond to the injunctions of its new occupier, the United States, upon their arrival, the navies will seize all of its gold reserves; a way of bringing a country to its knees and making it debtor to these colonizers in the name of « democracy ». And thus forbid it any endogenous development.

Doubly debtors to the French state and the United States, Haiti can only survive and its population is sinking deeper into poverty and insecurity. This situation has deprived the Haitian state of the possibilities of establishing successful independent development.

It is neither more nor less than the expression of the coloniality of power exercised with regard to another country, which, at the international level, in the light of the Charter of the United Nations, comes back to a violation of the preamble of this Charter which specifies that « determined to preserve future generations from the scourge of war which twice in the space of a human life has inflicted untold suffering on humanity, to proclaim again our faith in fundamental human rights, in the dignity and worth of the human person, in the equal rights of men and women, as well as of nations large and small, to create the conditions necessary for the maintenance justice and respect for the obligations arising from treaties and other sources of international law, to promote social progress and establish better living conditions in greater freedom ”. But this is not surprising, since the United Nations is, despite its whishfull thinking ’, one of the important elements of the expression of the coloniality of power which is expressed at a macro geostrategic level, which constitutes the dishonor of the United Nations as emphasized by Alain Lyonel Trouillot[5].

Coloniality of power assumed and maintained by two colonizing and slave countries, one because it had lost its colony and its plantations, the other because the Haitian people had refused to have their country transformed into an American plantation. A revenge that Haiti must watch unfold on its territory when presidents are made and defeated by a few states and donors, when funds are allocated or against promises to respect conditionalities unworthy of a rule of law or against development programs benefiting only the oligarchy.

Western democracy considers that the peoples who have freed themselves from the yoke of enslavement and colonization are unstable peoples, poorly educated and therefore incapable of seizing the very essence of democracy. Therefore, the goal of white and euro-centric democracies is to teach them, at their expense, by force and subjugation, what democracy is; thus depriving them of « experiencing » what this democracy covers, if it respects the sovereignty of peoples, the right to self-determination and the right to freely determine its political status and to freely ensure its economic, social and cultural development, as specified in article 1 of the International Covenant on Economic, Social and Cultural Rights[6].

It is curious to note that these colonial processes are specifically intended for Black and Arab peoples. Further proof, if needed, to confirm that white supremacy has still not abandoned its democratic plan to impose a racially racist, violent, capitalist and imperial world order.

The Haitian people have never ceased to be confronted with a series of metaphysical catastrophes brought by Western civilization, which keeps this country in a situation of constant instability.

One way out of this deadly spiral for the Haitian people is to support them in the face of an oligarchy that despises and slowly kills them, but also to support and accompany their political demand for reparations against the French state and against the United States. Perhaps at that time, Haiti can begin to think about democracy other than in an imported way.

Rather than talking about a bankrupt society, Western states should ask themselves how they impose their « democracy » and look at their societies which, too, are experiencing the « democratic deficit » and particularly in times of economic, social and pandemic crisis? They should also question their sick inability to think of the black or Arab man only in a subordinate ontological position.

The situation in Haiti highlights the mechanisms of domination, exploitation and alienation that Frantz Fanon described in The Wetchred of the Earth and allows us to understand that, faced with an absurd and criminal social, political and economic system, only the path of revolt remains for the emancipation of all, dominated but also dominant, in a decolonial sense.

Mireille Fanon Mendes France

Frantz Fanon Foundation

[1] Constitution haïtienne, Article 134.1: « The presidential term is five (5) years. This period begins and will end on February 7 following the date of the elections. » 

[2] https://lenouvelliste.com/article/226134/arrestation-du-juge-ivickel-dabresil-qui-devait-etre-installe-comme-president-provisoire-annonce-le-premier-ministre-joseph-jouthe

[3] https://www.cscca.gouv.ht/view.php?download_file=documents/247.pdf

[4] Haiti is the poorest country in the Western Hemisphere, with a gross domestic product (GDP) per capita of $756 in 2019 and a human development index ranking it 169 out of 189 countries in 2019. According to the Human Capital Index, a child born today in Haiti has an adult potential estimated at 45% of what he or she could have had if fully educated and healthy. The latest poverty survey (2012), reports that more than 6 million Haitians live below the poverty line on less than $2.41 per day, and more than 2.5 million have fallen below the extreme poverty line, living on less than $1.23 per day. https://www.banquemondiale.org/fr/country/haiti/overview

[5] https://lenouvelliste.com/article/226899/la-lime-contre-haiti-ou-le-deshonneur-des-nations-unies; 2021/03/03

[6] Adopted and opened for signature, ratification, and accession by General Assembly resolution 2200 A (XXI) of December 16, 1966.


Que veut le peuple haïtien ? Est on capable d’écouter la voix du peuple haïtien ?

Manifestant depuis  plusieurs années  pour dénoncer l’implication de leur président dans un scandale de corruption et depuis juillet 2018, le peuple haïtien occupe les rues des villes de la République haïtienne contre ce même président qui se joue des arguments constitutionnels[1]–élection en 2015 ou en 2016 ? dès lors son mandat se termine t-il en  2021 ou en 2022 ?-. Le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire,  a reconnu, début février, la fin du mandat du président et s’est dit «vivement préoccupé(e) par les graves menaces résultant d’une absence d’accord politique en réponse à l’expiration du mandat constitutionnel du président de la République, son Excellence Jovenel Moïse le 7 février 2021 ».  

Le peuple haïtien risque sa vie face aux forces de l’ordre, aux milices mais aussi face à une armée remise en place, en 2017, par ce même Moise alors qu’elle avait été supprimée par Jean Bertrand Aristide à la fin de la période Duvalier. Pour justifier ce retour d’une armée qui a fomenté des dizaines de coups d’Etat et a été accusée de violations graves et répétées, Jovenel Moïse a certifié que cette nouvelle armée serait différente : « l’armée est notre mère. Quand notre mère est malade et qu’elle porte des habits sales, on ne la tue pas. On l’amène à l’hôpital. Alors unissons nos forces pour fournir les soins nécessaires à notre mère. » Le ton est donné. Le peuple haïtien a raison de craindre les dérives d’un président qui n’a de cesse  de détruire l’appareil législatif et qui s’autorise à gouverner par décrets. Il a mis « à la retraite », par décret présidentiel du 8 février 2021, trois juges de la Cour de Cassation, contestant leur inamovibilité. Doit être signalé que ces trois juges avaient été pressentis par l’opposition pour diriger un gouvernement de transition. 

Ce décret, de facto, est caduc puisqu’il viole l’article 177 de la Constitution7 stipulant que « Les juges de la Cour de Cassation, ceux des Cours d’Appel et des tribunaux de première instance sont inamovibles. Ils ne peuvent être destitués que pour forfaiture légalement prononcée ou suspendus qu’à la suite d’une inculpation. Ils ne peuvent être l’objet d’affectation nouvelle, sans leur consentement, même en cas de promotion. Il ne peut être mis fin à leur service durant leur mandat qu’en cas d’incapacité physique ou mentale permanente dûment constatée. »  

Mais il n’en a cure. Il se dirige vers une politique de terreur, de torture et de mort qui a prévalu pendant les années Duvalier : arrestation du juge, Ivickel Dabrésil, accusé de vouloir le renverser[2]-ce dernier aurait dû assurer la présidence du gouvernement provisoire- mais aussi d’une inspectrice générale de la police nationale et de 23 autres personnalités qui auraient fomenté un attentat contre sa vie;  avis de recherche contre le maire de Port au Prince, dénoncé pour être un malfaiteur notoire ; arrestations et emprisonnements qui se suivent, emploi par les 453 soldats des nouvelles Forces armées de balles réelles pour disperser les manifestations … Dans une décision, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire affirme que le maintien au pouvoir de l’actuel président est non légitime.

Le pays fait route vers une dérive dictatoriale ; ce que craignent aussi bien l’opposition que différents secteurs de la société civile.  Et ce que ne veut plus le peuple haïtien qui connaît le prix qu’il a déjà payé sous les décennies de la dictature Duvalier. Prix à payer en termes du droit aux libertés publiques et privées, du droit à la vie et à la liberté d’expression.. Du prix à payer par des décennies de processus de corruption  qui était la règle de la dictature et continue de l’être ; ainsi, la Cour Supérieure des Comptes[3] a documenté les nombreuses irrégularités qui ont permis le détournement du fonds de 1,5 milliard d’euros accordé par le Venezuela dans le cadre de l’accord Petrocaribe ; cette somme était destinée à des projets de développement. Evidemment, le président  et des hommes d’affaires haïtiens en ont été les principaux « bénéficiaires ». Le pays a continué à être ruiné mais aussi la grande majorité du peuple haïtien[4] qui a été forcée, pour garantir à la nomenclature de la dictature de vivre dans l’opulence, de survivre dans le mal développement, voire dans une très grande misère. 

C’est ce retour vers le futur que craint la société haïtienne ; c’est ce qu’elle lit sous l’explosion de l’insécurité dans le pays depuis l’arrivée au pouvoir de Jovenel Moïse ; insécurité largement alimentée et instrumentalisée par ce pouvoir. Par ailleurs il n’est qu’à regarder les données du FMI pour entrevoir qu’à la crise politique et sécuritaire se profile une crise économique qui s’agrandit de jour en jour. En 2019, l’inflation dépassait les 20% et l’économie entrait en récession avec une réduction du PIB national de 1,2% pour la même année, alors qu’en 2017, le taux de croissance du pays était de 1,5% et l’inflation à 14,7%. La société haïtienne, dans la rue, est seule à résister face à une catastrophe annoncée ; tous les bailleurs de fonds, dont les principaux sont les Etats Unis, l’Union européenne, la Banque mondiale, le FMI , la regardent, l’appellent au calme, à la pondération et à reprendre le chemin du dialogue…

On reste sans voix. 

Dans un contexte  où le président porte atteinte à l’indépendance de la justice, où l’armée et une grande partie de la Police servent de bras armé et s’accommodent des actes criminels de gangs ou de milices contre les manifestations légitimes du peuple haïtien, on se doit de douter du rôle de la communauté internationale et de certaines agences de l’ONU et de leur silence complice. C’est bien la preuve que ce président n’a aucun respect des institutions et de la constitution et cela ne présage rien de bon pour ce pays abandonné et dont aucun des bailleurs ne cherche une sortie de crises respectant les intérêts de la majorité du peuple haïtien, dont la fin de la corruption, la fin de l’impunité protégeant les personnes corrompues quel que soit leur niveau de responsabilité, la fin de l’extrême pauvreté touchant 59% de la population, la fin de choix ne permettant pas que la réforme agraire soit menée à son terme, la fin du clientélisme, la fin des politiques autoritaires et anti-démocratiques. Il s’agit bien d’autre chose que de restaurer la démocratie comme l’affirmait, en 1994, Bill Clinton, ou avant lui les Etats Unis qui l’ont occupé entre 1915 et 1934 ou les Français de 1625 à 1804. Les Occidentaux, en tête les Etats Unis et la France, n’ont cessé depuis l’indépendance d’Haïti de vouloir lui imposer leur nouvel ordre, leur règle, les privant ainsi de la possibilité de construire l’histoire de leur démocratie dont ils auraient à définir les limites, les variations.  

Affirmer restaurer ou renforcer la démocratie revient à l’imposer par la force et à se comporter en Etats coloniaux perfides qui réduisent leur aide selon l’évolution de ce que doit être la démocratie. Pour peu que certains dirigeants s’en éloignent, ils seront accusés d’actes criminels, ainsi de Jean Bertrand Aristide. L’objectif des défenseurs de la démocratie à la mode occidentale est de ne pas perdre la main sur des pays qui leur offre des positions géostratégiques dans des territoires qui pourraient leur échapper. N’est-ce pas pour cette raison que la France, avec l’aide des Etats Unis, a réussi à imposer une dette illégale à la toute nouvelle République d’Haïti ? L’obligeant ainsi à faire le choix, parce qu’il était le meilleur pour la « démocratie », de rembourser cette dette plutôt que de reconstruire un pays laissé en ruines par un Napoléon furieux des révoltes des mis en esclavage. Pour enfoncer le clou un peu plus, devant une jeune république qui ne répond pas aux injonctions de son nouvel occupant que sont les Etats Unis, au moment de leur arrivée, les marines s’empareront de l’ensemble de ses réserves d’or ; une façon de mettre un pays à genoux et de le rendre débiteur de ces colonisateurs  au nom de «  la démocratie ». Et de lui interdire ainsi tout développement endogène. Doublement débiteurs de l’Etat français et des Etats Unis, Haïti ne peut plus que survivre et sa population s’enfonce toujours plus dans la pauvreté et l’insécurité.  Cette situation a privé l’Etat haïtien des possibilités de mettre sur pied un développement indépendant réussi. 

Il ne s’agit ni plus ni moins que de l’expression de la colonialité du pouvoir s’exerçant à l’égard d’un autre pays, ce qui, sur le plan international, au regard de la Charte des Nations Unies, revient à une violation du préambule de cette Charte qui précise que « résolus à préserver les générations futures du fléau de la guerre qui deux fois en l’espace d’une vie humaine a infligé à l’humanité d’indicibles souffrances, à proclamer à nouveau notre foi dans les droits fondamentaux de l’homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l’égalité de droits des hommes et des femmes, ainsi que des nations, grandes et petites, à créer les conditions nécessaires au maintien de la justice et du respect des obligations nées des traités et autres sources du droit international, à favoriser le progrès social et instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande ». Mais cela n’étonne pas, puisque les Nations Unies sont, malgré leur ‘whishfull thinking’, un des acteurs importants de l’expression de la colonialité du pouvoir qui s’exprime à un niveau macro géostratégique, ce qui constitue le déshonneur des Nations Unies ainsi que l’analyse Alain Lyonel Trouillot[5].

Colonialité du pouvoir assumée et entretenue par deux pays colonisateurs et esclavagistes, l’un parce qu’il avait perdu sa colonie et ses plantations, l’autre parce que le peuple haïtien avait refusé que son pays soit transformé en plantation américaine. Une vengeance que Haïti doit regarder se dérouler sur son territoire lorsque les présidents sont faits et défaits par quelques Etats et bailleurs, lorsque les fonds sont attribués ou contre des promesses de respecter les conditionnalités indignes d’un Etat de droit ou contre des programmes de développement ne profitant qu’à l’oligarchie. La démocratie occidentale considère que les peuples qui se sont libérés du joug de la mise en esclavage et de la colonisation sont des peuples instables, mal éduqués et par ce fait incapables de s’emparer de l’essence même de la démocratie. Dès lors, l’objectif des démocraties blanches et euro-centrées est de leur apprendre, à leurs dépens, par la force et la subjugation, ce qu’est la démocratie ; les privant ainsi « d’expériencer » ce que recouvre cette démocratie, si elle respecte la souveraineté des peuples, le droit à l’autodétermination et le droit de déterminer librement son statut politique et d’assurer librement son développement économique, social et culturel, ainsi que précisé dans l’article 1 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels[6]

Il est curieux de constater que ces processus coloniaux sont spécifiquement destinés aux peuples noirs et arabes. Une autre preuve, s’il le fallait, de confirmer que la suprématie blanche n’a toujours pas abandonné son projet démocratique d’imposer un ordre mondial racialement raciste, violent, capitaliste et impérial. Le peuple haïtien n’a cessé d’être confronté à une série de catastrophes métaphysiques apportées par la civilisation occidentale, ce qui maintient ce pays en situation de constante instabilité. Une issue pour sortir de cet engrenage mortifère pour le peuple haïtien est de le soutenir face à une oligarchie qui le méprise et le tue à petit feu mais aussi de soutenir et d’accompagner sa demande politique de réparations contre l’Etat français et contre les Etats Unis. Peut-être à ce moment-là, Haïti pourra commencer à penser la démocratie autrement que de façon importée. 

Plutôt que de parler de société en faillite, les Etats occidentaux devraient s’interroger sur la façon dont ils imposent leur « démocratie » et regarder leurs sociétés qui, elles aussi, expérimentent le «déficit démocratique» et particulièrement en période de crise économique, sociale et sanitaire ?  ils devraient aussi s’interroger sur leur incapacité maladive à ne penser l’homme noir ou arabe que dans une position ontologique subalterne. La situation en Haïti met en lumière les mécanismes de domination, d’exploitation et d’aliénation que Frantz Fanon décrits dans Les Damnés de la terre et permet de comprendre que, devant un système social, politique et économique absurde et criminel, seule reste la voie de la révolte pour l’émancipation de tous, dominés mais aussi dominants, dans une acception décoloniale.

Mireille Fanon Mendes France

Frantz Fanon Foundation

[1] Constitution haïtienne, Article 134.1: « La durée du mandat présidentiel est de cinq (5) ans. Cette période commence et se terminera le 7 février suivant la date des élections. » 

[2] https://lenouvelliste.com/article/226134/arrestation-du-juge-ivickel-dabresil-qui-devait-etre-installe-comme-president-provisoire-annonce-le-premier-ministre-joseph-jouthe

[3] https://www.cscca.gouv.ht/view.php?download_file=documents/247.pdf

[4] Haïti est le pays le plus pauvre de l’hémisphère occidental, avec un produit intérieur brut (PIB) par habitant de 756 $ en 2019 et un indice de développement humain le classant 169 sur 189 pays en 2019. Selon l’indice de capital humain, un enfant né aujourd’hui en Haïti a un potentiel à l’âge adulte évalué à 45% de ce qu’il aurait pu avoir s’il avait bénéficié d’une éducation et d’une santé complètes. La dernière enquête sur la pauvreté (2012), informe que plus de 6 millions d’Haïtiens vivent en-dessous du seuil de pauvreté avec moins de 2.41 $ par jour, et plus de 2.5 millions sont tombés en-dessous du seuil de pauvreté extrême, ayant moins de 1.23 $ par jour. https://www.banquemondiale.org/fr/country/haiti/overview

[5] https://lenouvelliste.com/article/226899/la-lime-contre-haiti-ou-le-deshonneur-des-nations-unies; publié le 02/03/2021

[6] Adopté et ouvert à la signature, à la ratification et à l’adhésion par l’Assemblée générale dans sa résolution 2200 A (XXI) du 16 décembre 1966


SIGN and SHARE

SOLIDARITY WITH THE PEOPLE OF HAITI IN THEIR STRUGGLE FOR DEMOCRACY, JUSTICE, AND REPARATIONS

PLEASE SIGN THIS DECLARATION SENDING THE NAME OF YOUR ORGANIZATION TO chalmerscamille6@gmail.com

Click here to download the full statement and images.

Taking into account the importance of this struggle and that this dictatorial regime still has the support of imperialist governments such as the United States of America, Canada, France, and international organizations such as the UN, the OAS, and the EU, the IPA calls its members to contribute their full and active solidarity to the struggle of the Haitian people, and to sign this Petition that demands the end of the dictatorship as well as respect for the sovereignty and self-determination of the Haitian people, the establishment of a transition government led by Haitians to launch a process of authentic national reconstruction.

In addition to expressing our solidarity with the Haitian people’s resistance, we call for our organizations to demonstrate in front of the embassies of the imperialist countries and before the United Nations.

Only the Haitian people can decide their future. Down with Moise and yes to a people’s transition government, until a constituent is democratically elected.

SIGNER et PARTAGER

SOLIDARITÉ AVEC LE PEUPLE HAÏTIEN DANS SA LUTTE POUR LA DÉMOCRATIE, LA JUSTICE ET LES RÉPARATIONS

VEUILLEZ SIGNER LA PRÉSENTE DÉCLARATION EN ENVOYANT LE NOM DE VOTRE ORGANISATION À chalmerscamille6@gmail.com

Cliquez ici pour télécharger la déclaration complète et les images.

Compte tenu de l’importance de cette lutte et du fait que ce régime dictatorial bénéficie toujours du soutien de gouvernements impérialistes tels que les États-Unis d’Amérique, le Canada, la France et d’organisations internationales telles que l’ONU, l’OEA et l’UE, l’API appelle ses membres à apporter leur solidarité pleine et active à la lutte du peuple haïtien, et de signer cette Pétition qui exige la fin de la dictature ainsi que le respect de la souveraineté et de l’autodétermination du peuple haïtien, la mise en place d’un gouvernement de transition dirigé par les Haïtiens pour lancer un processus de reconstruction nationale authentique.

En plus d’exprimer notre solidarité avec la résistance du peuple haïtien, nous demandons à nos organisations de manifester devant les ambassades des pays impérialistes et devant les Nations unies.

Seul le peuple haïtien peut décider de son avenir. À bas Moise et oui à un gouvernement de transition du peuple, jusqu’à ce qu’un électeur soit démocratiquement élu.

ASSINAR e COMPARTILHAR

SOLIDARIEDADE COM O POVO HAITIANO EM SUA LUTA PELA DEMOCRACIA, JUSTIÇA E REPARAÇÕES

POR FAVOR SIGNIFIQUE ESTA DECLARAÇÃO ENVIANDO O NOME DA SUA ORGANIZAÇÃO PARA chalmerscamille6@gmail.com

Clique aqui para baixar a declaração completa e as imagens

Tendo em conta a importância desta luta e que este regime ditatorial ainda tem o apoio de governos imperialistas como os Estados Unidos da América, Canadá, França e organizações internacionais como a ONU, a OEA e a UE, a IPA chama seus membros a contribuir com sua solidariedade plena e ativa para a luta do povo haitiano, e assinar esta Petição que exige o fim da ditadura, bem como o respeito pela soberania e autodeterminação do povo haitiano, o estabelecimento de um governo de transição liderado por haitianos para lançar um processo de autêntica reconstrução nacional.

Além de expressar nossa solidariedade com a resistência do povo haitiano, pedimos que nossas organizações se manifestem diante das embaixadas dos países imperialistas e diante das Nações Unidas.

Somente o povo haitiano pode decidir seu futuro. Abaixo Moise e sim a um governo de transição popular, até que um constituinte seja eleito democraticamente.

admin
A propos admin 489 Articles
Fondation Frantz Fanon