Does a trial mean justice? Questions asked at the end of Théodore Luhaka’s trial

VERSION FRANCAISE CI-DESSOUS

For ten days – from January 9 to 19, 2024 – the trial of the three police officers who mutilated Théodore Luhaka, aged 22 at the time, was held. Seven years of waiting, seven years of medical operations, seven years of expert assessments, seven years of suffering that still hasn’t stopped, seven years for Théo during which his life has been turned upside down, changed and is nothing like it was when he was 22.

Ten days of trial for seven years of waiting; he repeats that his body died on February 2, 2017, that he died; the date on which his life came to a halt, so severe and disabling are the after-effects of this mutilation. Ten days in which it was possible to see an aggressive defense, attempting to delegitimize the facts in order to shift the blame onto the victim; ten days in which the racist insults, including « baboon », and the use of familiar language were denied, while Théo, a young black man from the suburbs, constantly confirmed them; what was instilled in the jurors’ heads, since the videos were devoid of sound, is great perfidy: no proof of the insults uttered, so the victim is a liar; ten days in which the justice of class and race has put in place, despite the start of the public prosecutor’s unappealable indictment, the cross-examinations of the prosecution and Théo Luhaka’s testimony, a strategy to delegitimize the victim in order to build up an image of conscientious police officers with impeccable reputations, despite the fact that two of them had already been summoned a week before the events, following a complaint from a victim who had been arrested with extreme violence. They were acquitted.

What had to be understood was that, even if the crime had been proven, the elements – or more precisely, their analysis and interpretation – had to enable the jurors to transform the crime into a misdemeanor, so that the defendants could escape a prison sentence.

As the days went by, it was easy to see a strategy being put in place to change the characterization by blaming the victim for what he had done or said, and the media played a deleterious role in this. The machine was set in motion and worked; the criminals were, in a way, absolved; the victim accepted the verdict, the acts of deliberate aggravating violence resulting in incapacity were recognized. For Théo, the truth has been told, and this will certainly act as a catharsis.  Yet justice has not been done. These police officers betrayed the law and the ethics of their profession, and at least two of them were expected to be sentenced to prison for having mutilated this young man for life, for having committed a facial profiling offence in a popular housing estate, for having used excessive force that was neither justified nor proportional, and for having subjected him to degrading and humiliating treatment, and breaches of the Internal Security Code, as indicated by the French Human Rights Ombudsman, who in 2020 recommended that « disciplinary proceedings » be taken against them.

In a way, it was a question of providing elements for an indictment in favor of the police officers, so that they would emerge ‘cleared’ of the crime committed. The public prosecutor’s indictment came as a surprise to many: he was uncompromising in his criticism of the three police officers, accusing them of ambiguities and inaccuracies in the drafting of the arrest report, with certain facts missing from their statement to the IGPN, and even of forgery in public writings; did he not note « distortions between the report and the complaint » of the main accused? And yet, the demands contained in the indictment did not reflect the need for justice for Théo : a three-year suspended sentence for the main defendant, and a five-year ban from the street work and carrying weapons; a six-month suspended sentence for the second defendant, a two-year ban from the street work and carrying weapons; a three-month suspended sentence for the third defendant. The door had been opened: jurors could now rule on a misdemeanor rather than a felony. Impunity is all too often, if not systematically, accepted when the perpetrators of police violence are public security agents. How many times have we heard that our society needs the police? How many times have we heard that the police are a difficult but necessary profession?

From the very first days, the most convincing aspect was that both the defense and the presiding judge were tempted to portray Théo, a young man with no history of violence, who had never had any run-in with any repressive institution and who had, for a time, been a mediator with the youth of the cité, as a violent, even rebellious person; as if this should be so in view of his physical build, tall, 1. 85m, muscular and athletic, weighing some 95 kilos at the time, and a final argument in support of a biased representation of Théo: at the time of the events, hadn’t he been training to be a professional footballer? He was therefore over-trained, as one of the police officers tried to prove, pointing out that he was « always on the move and always moving forward »; even after being tear-gassed in the eyes, « he continues to move, why? », « he’s a violent, aggressive individual ». He considers Théo to be over-trained, whereas this is far from being the case for them: « We’re not over-trained, we don’t always have the time ». How in the police officers’ heads was the connection built: black, living in the 3,000 housing estate since birth, athletic with delinquency and drug dealing? 

On February 2, 2017, the police officers -four in number-, having decided, on their own initiative, to carry out an identity check, even though there was no justification for it under article 78-2 of the Code of Criminal Procedure, they came into contact with a group of young people standing « at a well-known dealing point » – even though this point was not on the slab near the CAP – the cultural center in Aulnay sous Bois – but in the basement, in the parking lot, as confirmed by the CAP janitor, now retired. At the same time, At the same time, Théo passes through the area to meet a friend of one of his sisters, greets the young people, the police officers announce the check; the tone rises, a young person refuses to be checked; the police officers take him away off the surveillance camera, one of the officers slaps him. Théo steps in to defuse the tension, asking the policeman why the identity check was necessary, even though the three of them know most of the youngsters. At this point, the police violence begins and everything is going crazy.

The defendants arrogantly asserted that Théo Luhaka refused to be checked, as he would not have his identity card with him. The result is indisputable: not only was Théo mutilated with a telescopic defense baton -BTD-, causing more than 10 centimeters of anal tearing, but he also filed a complaint for resisting the Specialized Field Brigade -BST- and unintentionally hitting one of the police officers: violence against a person in a position of public authority, even though it is clearly established from the videos that the latter did not strike anyone voluntarily on the other hand, the stab wound that mutilated him for life, was indeed delivered by one of the police officers; many other blows followed. In the verdict, the three police officers were charged with intentional violence, committed as part of a group, with aggravating circumstances including the use of a weapon in the case of the main defendant, which resulted in permanent disability, and the use of a weapon known as « la gazeuse » – an anti-aggression spray – in the case of the second. In all three cases, there was no mitigation of responsibility, in simple terms, for self-defence.

Throughout the two-week trial before the Bobigny assize court, the three defendants constantly essentialized the young people from the 3,000 cité in Aulnay sous-Bois, asserting that most of them are drug dealers, or at least have a link with drug trafficking, since they are found on the CAP slab. One of them points out that « if someone is seen several times on a drug site, then we know they’re involved in trafficking ». Any young person is bound to be a delinquent! « As for another, the man who used his « gazeuse » three times in the direction of Théo’s face, he explained that he believed « at the time that he was a dealer », « he’s a determined person, I suspect he hit my colleague, he wants to escape control », adding that he « represents a danger, his leg is twitching, he wants to leave ».  None of them knew Theo or had seen him before February 2, 2017.

The same policeman explained that when he tried to handcuff Théo, he was faced with « a trench battle ». For him, the 3,000 cité is « a rotten housing estate, I’m fed up with these bastards ».  He admits that the direct punch to the face of Théo, who was handcuffed at the time, was « a gesture of anger, the arrest slipped out of my hands ».  It slipped out of the hands of each of the police officers who appeared before the court.

A number of questions remain unanswered during this trial, and any reflection on police violence requires us to address them. They concern, on the one hand, the act of mutilation itself: this young man has suffered a symbolic rape of his most ‘intimate’ intimacy; and on the other hand, the reason why these three police officers, in the space of an unjustified stop, materialized the domination of the white settler over Théo’s black body. What did Théo’s resistance to an unwarranted stop awaken in their minds? What unconscious, common to their group, was released to use unjustified voluntary violence? 

It was as if they were trying to confirm their position of dominance as « guardians » of public safety, and that they could get the upper hand over a body that should not normally resist their uniform and BTD. All the young people from the 3,000 housing estate in Aulnay sous-Bois or Sevran know what Théo went through; they expressed their dismay and, above all, their total loss of confidence in an apparatus that wants to control them and treat them as by-products of humanity.

The aim is to make them bend over, to put them on their knees so that they understand that in their hands – they who represent ‘law and order’- they are just objects and that they can do what they like with them. To rob them of their dignity by putting them in degrading and humiliating postures – like the 151 young people in the Mantois area, held on their knees with their hands on their heads for hours after a high school demonstration – or by seriously injuring, mutilating or killing them.

The police officers committing these acts feel protected not only by their uniforms and weapons, but also by their hierarchy and the entire apparatus put in place to protect the system of capitalist and racist domination, including the justice system, which has never handed down a firm sentence to criminal police officers, or which prefers to dismiss cases rather than apply the law, which would have been more than applied if the same act had been carried out by a black or Arab body.

These paradoxes, which can be analyzed at the French level, are also true in other countries, but also at the regional and even international level. This two- or three-speed justice system, or even more, is hardly surprising, and the racist, class-based justice system unfortunately appears to be the norm in a system where the coloniality of power determines the lives of Beings and, above all, Non-Beings.

With this system, the body, whether black or Arab, precarious and poor, must be treated as an object, objectified by the white gaze, a posture endorsed by successive governments. We seem to be eternally replaying the overhanging relationship that the colonizer imposed on the enslaved and the colonized: preventing these bodies from ensuring and assuming their humanity by preventing them from claiming their dignity. The coloniality of power conferred on police officers by their status as agents of public authority blinds them and makes them lose all discernment: they operate in an overgeneralization that all young people from working-class neighbourhoods and peripheral areas are thieves, rapists and traffickers. Is this not how, during the colonial and colonizing period, black bodies were feared or hated, judged and lynched for their alleged « hyper-sexuality »?

The masters had the right of life and death over the bodies of the enslaved, with no moral objections. It was necessary to provide the nascent capitalist system with a free labor force from which to profit, while depriving them of their humanity and dignity through extreme violence. Times have changed: the capitalist system treats the colonized from within as supernumerary bodies; and if it needs a workforce, it calls on those who have become the new slaves of the liberal capitalist system: migrants.

With its usual perfidy, the system groups together all those it considers to be non-beings in a peripheral urban space, more akin to a ghetto than a welcoming city, and contains them in places where everything is done to ensure that only survival is possible. To escape is the exception. To keep young people in the city, the drug trade is encouraged, with its dealers, spotters and customers adventuring into areas that must seem more than exotic to them.

In the wake of what some are calling the « Théo affair », our society is going to have to question the expression of its negrophobia towards young people on the periphery, and its institutional violence, of which black and Arab bodies are the majority victims, unless it is contemplating its own death for having killed and mutilated its citizens. To help it analyze its own racist and Islamophobic failings, the work carried out by the victims’ families is fundamental. Not only they demand justice, a judgement proportional to the extreme seriousness of the act committed against one of their own, but they refuse to give up in the face of the difficulties they have to go through. They mobilize, are present at all hearings, inform and yield nothing even if they object to a dismissal; they look for the slightest flaw, carry out counter-investigations, take on their own detectives; they concede nothing.

Standing up for the dignity snatched from their loved ones. Determined, in solidarity. They are leading an exemplary struggle to enable the black, Arab and racialized body to regain its dignity, stolen since 1492 by those who decided the chaotic and deadly course of the world. An approach that questions the paradigm of domination, in order to impose the need for political and collective reparations after the human catastrophe of the discoveries and colonization of inhabited lands, resulting in the genocide of indigenous peoples and the enslavement of millions of Africans torn from their continent. A fight for human dignity!

Mireille Fanon Mendes France

Frantz Fanon Foundation


Un procès signifie-t-il justice ? Questions posées à l’issue du procès de Théodore Luhaka

Pendant dix jours -du 9 au 19 janvier 2024- s’est tenu le procès des trois policiers qui ont mutilé à vie Théodore Luhaka, 22 ans au moment des faits. Sept ans d’attente, sept ans d’opérations médicales, d’expertises, sept ans de souffrance qui n’ont toujours pas cessé, sept ans pour Théo au cours desquelles sa vie a été bouleversée, a été changée et n’a plus rien à voir avec celle de ses 22 ans.

Dix jours de procès pour sept années d’attente ; il répète que son corps est mort le 2 février 2017, que lui est mort ; date à laquelle sa vie s’est arrêtée tant les séquelles de cette mutilation sont importantes et handicapantes. Dix jours où il a été possible de voir une défense agressive, tentant de délégitimer les faits afin d’en faire porter la responsabilité à la victime ; dix jours où les insultes racistes, entre autres « babouin », le tutoiement ont été niés alors que Théo, jeune noir de banlieue, n’a cessé de les confirmer ; ce qui a été instillé dans la tête des jurés, puisque les vidéos étaient dépourvues de son, est d’une grande perfidie : pas de preuve des insultes proférées, alors la victime est un menteur ; dix jours où la justice de classe et de race a mis en place, malgré le début du réquisitoire sans appel de l’avocat général, les contre interrogatoires de la partie civile et du témoignage de Théo Luhaka, une stratégie pour délégitimer la victime afin de construire l’image de policiers consciencieux, à la réputation irréprochable alors que deux d’entre eux avaient déjà été convoqués, une semaine avant les faits, suite à la plainte d’une victime qui avait été arrêtée avec une extrême violence. Ils ont été acquittés.

Ce qui doit être compris c’est que même si le crime a été prouvé, il fallait que les éléments, ou plus exactement leur analyse et leur interprétation, permettent aux jurés de transformer le crime en délit afin que les accusés échappent à une peine de prison ferme.

Au fil des jours, il était facile de voir se mettre en place une stratégie permettant de changer la qualification en chargeant la victime par ce qu’il avait fait ou dit, en cela les media ont joué un rôle délétère. La machine s’est mise en marche et a fonctionné ; les criminels sont, d’une certaine façon, absous ; la victime a accepté le verdict, les actes de violence volontaire aggravante ayant entraîné une incapacité ont été reconnus. Pour Théo, la vérité a été dite et cela agira certainement comme une catharsis.  Pourtant justice n’a pas été rendue. Ces policiers ayant trahi la loi, l’éthique de leur profession ; il était attendu une peine de prison ferme, au moins pour deux d’entre eux,  pour avoir mutilé à vie ce jeune homme, pour avoir commis, dans une cité populaire, un délit de faciès et fait un usage excessif de la force ni justifiée ni proportionnelle et lui avoir fait subir un traitement dégradant et humiliant et des manquements au code de la sécurité intérieure ainsi que l’a signifié la défenseure des droits  qui, en 2020, avait recommandé « l’engagement de poursuites disciplinaires » à leur encontre.

Il s’agissait, d’une certaine façon, de fournir des éléments pour un réquisitoire en faveur des policiers afin qu’ils sortent ‘blanchis’ du crime commis. Le réquisitoire de l’avocat général en a surpris plus d’un ; sans concession à l’égard des trois policiers qu’il a chargés, sans aucune retenue, leur reprochant des ambiguïtés et des imprécisions dans la rédaction du procès-verbal d’interpellation dont certains faits manquent alors qu’ils ont été consignés dans leur déclaration faite à l’IGPN, voire d’usages de faux en écriture publique ; n’a-il-pas relevé des « distorsions entre le procès-verbal et la plainte » de l’accusé principal ? Et pourtant, les demandes contenues dans le réquisitoire ne reflètent pas l’exigence de justice pour Théo : trois ans de sursis pour le principal accusé, cinq ans d’interdiction d’exercer sur la voie publique et de port d’armes ; six mois de sursis pour le second et deux ans d’interdiction sur la voie publique et de port d’armes ; trois mois de sursis pour le troisième. L’ouverture était faite : les jurés pouvaient, dès lors, statuer sur un délit et non plus sur un crime.

Une fabrication de l’impunité, trop souvent, voire systématiquement, acceptée, dès lors que les responsables de violences policières, sont des fonctionnaires assurant la sécurité publique. Combien de fois n’a-t-on pas entendu que notre société a besoin de la police? Combien de fois a-t-on entendu que c’était un métier difficile mais si nécessaire ?

Dès les premiers jours, l’aspect le plus probant était qu’aussi bien du côté de la défense que de celui de la présidente du tribunal, il y avait une tentation de présenter Théo, jeune homme sans histoire, n’ayant jamais eu maille à partir avec aucune institution répressive et ayant, pendant un temps, été médiateur auprès des jeunes de la cité, comme une personne violente, voire rebelle ; comme s’il devait en être ainsi au regard de sa corpulence physique, grand, 1.85m, musclé et athlétique, quelques 95 kilos à l’époque,  et dernier argument venant étayer une représentation biaisée de Théo, au moment des faits n’avait-il pas intégré une formation de footballeur professionnel? Il était donc surentraîné, ce que tente de prouver l’un des policiers qui précise qu’il est « toujours en mouvement et avance toujours » ; même après avoir reçu du gaz lacrymogène dans les yeux « il continue à bouger, pourquoi ? », « c’est un individu violent, agressif ». Il considère que Théo est surentraîné alors que c’est loin d’être leur cas « on n’est pas surentrainés, on n’a pas toujours le temps ». Comment dans la tête des policiers s’est construite l’association noir, habitant la cité des 3 000 depuis sa naissance, athlétique avec la délinquance et  le trafic de drogue ?   Ce 2 février 2017, les policiers -au nombre de quatre- ayant décidé, sur leur seule initiative, d’un contrôle d’identité, alors que rien ne le justifiait au regard de l’article 78-2 du Code de Procédure pénale, vont au contact d’un groupe de jeunes se tenant «  sur un point de deal bien connu » -alors que ce point n’est pas sur la dalle, près du CAP -centre culturel d’Aulnay sous Bois- mais en sous-sol, dans le parking, ce qu’a confirmé le gardien du CAP, aujourd’hui retraité-. Au même moment, Théo passe par cet endroit pour aller à la rencontre d’une amie d’une de ses sœurs, salue les jeunes que les policiers commencent à contrôler. Hors caméra de surveillance, l’un des policiers gifle un jeune qui proteste contre ce contrôle. Théo s’interpose pour faire baisser la tension, demande au policier les raisons de cette vérification d’identité, alors que tous les trois connaissent la plupart des jeunes. A ce moment-là la violence policière commence et tout s’emballe.

Les prévenus affirment avec arrogance que Théo Luhaka refuse le contrôle, il n’aurait pas sa carte d’identité sur lui. Le résultat est sans appel : non seulement Théo a été l’objet d’un geste mutilateur produit à l’aide d’un Bâton télescopique de défense -BTD-  ayant causé des déchirures anales sur plus de 10 centimètres et d’un dépôt de plainte pour avoir résisté à la Brigade spécialisée de terrain -BST- et donné, involontairement, un coup à l’un des policiers : violence à l’encontre d’une personne détentrice de l’autorité publique, alors qu’au vu des vidéos, il est clairement établi que ce dernier n’a donné aucun coup volontaire ; en revanche, le coup d’estoc qui l’a mutilé à vie a bien été donné par un des policiers ; beaucoup d’autres coups suivront. La violence volontaire, commise en réunion, sera d’ailleurs retenue, lors du délibéré, pour les trois policiers avec circonstances aggravantes dont l’utilisation d’une arme pour le principal prévenu, acte ayant entraîné une incapacité permanente et  pour le deuxième, l’utilisation d’une arme -dite « la gazeuse » -aérosol anti agression-. Pour les trois ne sera pas retenue d’atténuation de la responsabilité, en termes simples, de la légitime défense.

Tout au long des deux semaines du procès devant la cour d’assise de Bobigny, les trois prévenus n’ont cessé de stigmatiser les jeunes de la cité des 3 000 d’Aulnay sous-Bois, affirmant qu’ils sont majoritairement des dealers ou en tout cas ont un lien avec le trafic de stupéfiants, puisqu’ils se retrouvent sur la dalle du CAP. L’un d’entre eux précise que « si quelqu’un est vu plusieurs fois sur un site de drogue, alors on sait qu’il fait partie du trafic ». Tout jeune est forcément un délinquant ! « Cette cité est difficile, c’est pour cela que j’arrive avec mon BTD », affirme le principal accusé ; quant à un autre, celui qui a utilisé par trois fois sa « gazeuse » en direction du visage de Théo, il précise qu’il croit « à ce moment-là qu’il est un dealer », « c’est quelqu’un de déterminé, je le soupçonne d’avoir porté un coup à mon collègue, il veut échapper au contrôle », ajoutant qu’il « représente un danger, sa jambe gigotte, il veut partir ».  Aucun d’entre eux ne connaissait Théo ni ne l’avait vu avant ce 2 février 2017.

Ce même policier précisera que lors de la tentative de menottage de Théo, il s’était trouvé face à « une bataille de tranchée ». Pour lui, la cité des 3 000 est « une cité pourrie, j’en ai marre de ces cons ».  Il reconnaît que le coup de poing donné directement sur le visage de Théo, alors menotté, est « un geste d’énervement, l’interpellation m’a échappé des mains ».  Elle a échappé à chacun des policiers qui ont comparu devant la cour d’assise.

Des questions non abordées durant ce procès restent en suspens et toute réflexion sur les violences policières exigent de les aborder. Elles concernent d’une part, l’acte de mutilation lui-même, ce jeune homme a subi un viol symbolique de son intimité la plus ‘intime’; et d’autre part, la raison pour laquelle ces trois policiers ont, l’espace d’une interpellation non justifiée, matérialisé la domination du colon blanc sur le corps noir de Théo. Qu’a réveillé dans leur tête la résistance de Théo à une interpellation qui n’avait pas lieu d’être ? Quel inconscient, commun à leur groupe, s’est libéré pour faire usage d’une violence volontaire injustifiée?  

Comme s’il s’agissait pour eux, installés dans leur relation de domination par leur statut de « gardien » de la sécurité publique, de confirmer qu’ils pouvaient prendre le dessus sur un corps qui normalement se doit de ne pas résister face à leur uniformes et leur BTD. Là, leur disque s’est enrayé et cela risque de se poursuivre longtemps, l’ensemble des jeunes de la cité des 3 000 d’Aulnay sous-Bois ou de Sevran savent ce que Théo a subi ; ils l’ont manifesté par des manifestations qui exprimaient leur désarroi et surtout leur totale perte de confiance dans un appareil voulant les maîtriser et les traiter comme des sous-produits de l’humanité. La réponse du système capitaliste racial est de maintenir les populations racisées dans ce type d’espace urbain et si elles résistent ou se rebellent de faire usage d’une force excessive s’exerçant sur des corps qu’ils s’autorisent à maltraiter, à déshumaniser, à violenter parce que leur dignité ne compte pas.

L’objectif étant de les faire plier, de les mettre sur les genoux pour qu’elles comprennent qu’entre leurs mains -eux qui représentent ‘la loi et l’ordre’- elles ne sont que des objets et qu’ils peuvent en faire ce qu’ils veulent. Leur voler leur dignité en les mettant dans des postures dégradantes et humiliantes, ainsi des 151 jeunes du Mantois, maintenus sur les genoux, mains sur la tête pendant des heures à l’issue d’une manifestation de lycéens, ou en les blessant gravement, en les mutilant ou en les tuant.

Les policiers commettant ces actes se sentent protégés par leur uniforme et leurs armes mais aussi par leur hiérarchie et tout l’appareil mis en place pour protéger le système de domination capitaliste et raciste, entre autres la justice qui n’a jamais prononcé de peine ferme à l’encontre de policiers criminels ou qui préfère statuer par des non lieux plutôt que d’appliquer la loi qui, elle, aurait été plus qu’appliquée si ce même acte avait été réalisé par un corps noir ou arabe.

Ces paradoxes analysables au niveau de la France sont de mises dans d’autres pays mais aussi au niveau régional et même international. Dès lors ce fonctionnement d’une justice à deux ou trois vitesses, voire plus, ne peut étonner et celui d’une justice raciste et de classe apparaît malheureusement comme une posture normale dans un système où la colonialité du pouvoir décide de la vie des Êtres et surtout de celle des Non Êtres.

Avec ce système, le corps, qu’il soit noir ou arabe, précarisé et pauvre, doit être traité comme un objet, objectivé par le regard blanc, posture adoubée par les gouvernements successifs. Semble se rejouer, éternellement, la relation de surplomb que le colon a imposée au mis en esclavage et au colonisé : empêcher ces corps d’assurer et d’assumer leur humanité en les empêchant de revendiquer leur dignité. La colonialité du pouvoir que confère aux policiers leur statut de personnes dépositaires de l’autorité publique les aveugle et leur fait perdre tout discernement : ils fonctionnent dans une surgénéralisation qui veut que tous les jeunes des cités populaires, des territoires périphériques, sont voleurs, violeurs, trafiquants. N’est ce pas ainsi que, durant la période coloniale et colonisatrice, les corps noirs à travers le fantasme du colon n’étaient-ils pas craints ou haïs, jugés et lynchés pour leur présumée ‘hyper sexualité’?

Les maîtres avaient droit de vie et de mort sur le corps des mis en esclavage sans que la morale n’y ait jamais trouvé à redire. Il fallait apporter au système capitaliste naissant une force de travail gratuite dont on pouvait bénéficier tout en la privant, par des moyens de violences extrêmes, de leur humanité et de leur dignité. Les temps ont changé, le système capitaliste traite les colonisés de l’intérieur comme des corps surnuméraires ; et s’il a besoin d’une force de travail, il fait appel à ceux qui sont devenus les nouveaux esclaves du système capitaliste libéral : les migrants.

Le système, avec sa perfidie habituelle, regroupe dans un espace urbain périphérique et relevant plus du ghetto que d’une ville accueillante tous ceux qu’il considère comme des Non Êtres et les contient dans ces lieux où tout est fait pour que n’y soit possible que la survie. S’en échapper relève de l’exception. Pour que les jeunes restent dans leur cité est favorisé l’installation du trafic de drogues avec ses dealers, ses guetteurs et ses clients s’aventurant dans des zones qui doivent leur sembler plus qu’exotiques. 

Notre société va bien devoir, à partir de ce que d’aucuns appellent « l’affaire Théo », s’interroger sur l’expression de sa négrophobie à l’égard des jeunes des périphéries et sur sa violence institutionnelle dont sont majoritairement victimes les corps noirs et arabes, à moins qu’elle n’envisage sa propre mort pour avoir tué, mutilé ses citoyens. Pour l’aider dans ce travail d’analyse de ses propres errements racistes, islamophobes, le travail réalisé par les familles de victimes est fondamental. Non seulement, elles demandent justice, un jugement proportionnel à la gravité extrême de l’acte commis contre un des leurs, mais elles refusent d’abandonner devant les difficultés qu’elles doivent traverser, elles se mobilisent, sont présentes à toutes les audiences, informent et ne cèdent rien même si leur est objecté un non-lieu ; elles cherchent la moindre faille, procèdent à des contre enquêtes, prennent leur propre détective ; elles ne concèdent rien.

Debout pour la dignité arrachée à leur proche. Déterminées, solidaires. Elles mènent un combat exemplaire qui doit permettre au corps noir, au corps arabe, au corps racisé de regagner sa dignité volée depuis 1492 par ceux qui ont décidé de la marche chaotique et mortifère du monde. Une approche interrogeant le paradigme de la domination pour parvenir à imposer le besoin de réparations politiques et collectives après ce que fut la catastrophe humaine lors des découvertes et de la colonisation de terres habitées se soldant par un génocide des peuples indigènes et par la mise en esclavage de millions d’Africains arrachés à leur continent. Un combat pour la dignité humaine !

Mireille Fanon Mendes France

Fondation Frantz Fanon

A propos admin 558 Articles
Fondation Frantz Fanon