‘Colombia, country with thousand colors’

The Frantz Fanon Foundation suggested to the International Coalition of People of African Descent –ICPAD- to organize a mission composed of experts and activists exclusively of African descent to identify and better understand the objectives of the Duque government to make use of an excessive level of military, police and para-military force during demonstrations against the increase in both direct and indirect taxes. The mission, which took place from August 16 to 24, met with institutional as well as members of Afro-Colombian organizations and community councils; she visited different cities: Bogota, Buenaventura, Cali, Cartagena, Quibdo, Tumaco.

‘Colombia, country with thousand colors’, a tourist slogan to make tourists want to visit this country

A country in which structural racism takes 1000 forms: the construction of mega-projects swallow up the territory of Afro-Colombian communities – whether in Baru or Buenaventura for the gentrification of entire neighborhoods or the construction of a deep-water port, a power station or tourist complex disfiguring the Pacific coast; to La Boquilla-Cartagena for the expansion of a tourist area – from where they are expelled after being harassed, after the intervention of the armed forces and para-military who do not hesitate to take the lives of all those who defend their right to prior consultation (ILO Declaration 169) and their right to live on land that they have cared for and nurtured for centuries; the general strike against the increase in taxes was an opportunity for the authorities to continue their policy of criminalizing youth, and particularly Afro-Colombian youth; the army, the police but also the ESMA squadrons hunted, killed, harassed, injured and sometimes tortured as in Cali, particularly young Afro-Colombians and indigenous people. This government did not hesitate to distribute weapons to certain civilians that it had presented as « good men and women »: thus in Cali, snippers appeared, one of them killed with a bullet in the head, the young Nicola Guerrero, artist of 26 years, father of a little child.

In a country barely emerging from 60 years of civil war, the agreements barely signed (2016) but still not implemented, the Duque government having affirmed that it would not recognize them, Afro-Colombians are the first victims of a racist, colonial, liberal power which makes a pact with drug traffickers, the arms market and which organizes the impunity of its allies to the detriment of the right of communities to live in a peaceful environment, to ensure their food self-sufficiency as well as to all of their fundamental rights ; and especially that of not living in a space that keeps them under the yoke of colonization.

If the Indigenous people see their right to their culture and their territory recognized, as for many Colombians, their presence is legitimate, it was there long before the arrival of the settlers from 1492, it is not the case with the Afro- Colombians who are only tolerated. Arrived long after the human catastrophe of the discovery of the continent of South America, they arrived in the thousands, chained, without humanity and without dignity which had been taken from them by those who had committed a crime against humanity. Since then they have been confronted with a history that the Colombian people and particularly successive governments do not want to take on and with which they find some advantages since they can continue to colonize, to racialize, to violate, to expel, to kill, to deprive of education, water, electricity, health care for a whole part of the Colombian population while presenting themselves to the international community defenders of Human rights, respectful of the Rule of law, concerned of the Afro-Colombian community by officially launching in 2016 the International Decade for People of African Descent and while adopting an arsenal aimed primarily at the fight against racism and for respect for the lives and land of Afro-Colombians.

The rights of Afro-Colombians are like peace agreements. All of this is part of a balance of power guided by the coloniality of power for which some lives matter even less than others; according to their euro-centric references, only those who are part of Modernity can have the status of Beings. Deprived of their fundamental rights, Afro-Colombians are pushed further and further into a zone of Non-Beings. But the general strike, and particularly in Cali, was a breaking point; the black body, in the face of the endemic repression it experiences, and in the face of the use of disproportionate use of force, acted, in its militant bodily commitment, as a place of a practice of emancipation against the structural racism. Still, a large part of Colombian society having taken advantage of decades of civil war and the government, taking advantage of its links with drug traffickers and the arms trade, are certainly not ready to give up and to share the rights they have, while violating national law, regional law but also international law and including international humanitarian law. Tourists should think twice before setting foot in Colombia. Who benefits from their presence? To conclude, if we admit that Colombia is a beautiful country, we must in return recognize that it is a country of 1,001 serious violations affecting Afro-Colombians in particular.

Frantz Fanon Foundation


« Colombie, pays aux mille couleurs« 

La Fondation Frantz Fanon a suggéré à la Coalition internationale des personnes d’ascendance africaine d’organiser une mission composée d’experts et d’activistes exclusivement d’origine africaine afin d’identifier les objectifs du gouvernement Duque de faire usage d’un niveau excessif de la force militaire, policière et para-militaire durant les manifestations contre l’augmentation des taxes aussi bien directes qu’indirectes. La mission, qui a eu lieu du 16 au 24 août, a rencontré aussi bien des institutionnels que des membres d’organisations afro-colombiennes et de conseils communautaires ; elle s’est rendue dans différentes villes : Bogota, Buenaventura, Cali, Cartagena, Quibdo, Tumaco.

‘Colombie, pays aux mille couleurs’, slogan touristique pour donner envie aux touristes de se rendre dans ce pays.

Un pays dans lequel le racisme structurel prend 1000 formes : la construction de méga- projets avalent le territoire des communautés afro colombiennes –que ce soit à Baru ou à Buenaventura pour la gentrification de quartiers entiers ou la construction d’un port en eau profonde, d’une centrale électrique ou de complexe touristique défigurant la côte pacifique ; à la Boquilla-Cartagena pour l’expansion d’une zone touristique- d’où elles sont expulsées après avoir été harcelées, après l’intervention des forces armées et de para militaires qui n’hésitent à retirer la vie à tous ceux qui défendent leur droit à la consultation préalable Déclaration 169 de OIT) et leur droit de vivre sur des terres dont ils prennent soin et qui les nourrissent depuis des siècles ; la grève générale contre l’augmentation des taxes a été l’occasion pour le pouvoir de continuer sa politique de criminalisation de la jeunesse et particulièrement de la jeunesse afro-colombienne ; l’armée, la police mais aussi les escadrons ESMA ont chassé, tué, harcelé, blessé et parfois torturé comme à Cali particulièrement les jeunes afro-colombiens et les indigènes. Ce gouvernement n’a pas hésité à distribuer des armes à certains civils qu’il avait présentés comme des hommes et des femmes de bien : ainsi à Cali sont apparus des snippers, l’un d’eux a tué d’une balle dans la tête, le jeune Nicola Guerrero, artiste de 26 ans, père d’une petite fille.  Dans un pays à peine sorti de 60 ans de guerre civile, les accords à peine signés (2016)  mais toujours pas appliqués, le gouvernement Duque ayant affirmé qu’il ne les reconnaîtrait pas, les Afro-colombiens sont les premières victimes d’un pouvoir raciste, colonial, libéral qui pactise avec les narco-trafiquants, le marché des armes et qui organise l’impunité de ses alliés au détriment du droit des communautés de vivre dans un environnement en paix, d’assurer leur autosuffisance alimentaire ainsi que de l’ensemble de leurs droits fondamentaux et surtout de celui de ne pas vivre dans un espace qui les maintient sous le joug de la colonisation. Si le peuple indigène voit son droit à sa culture et à son territoire reconnus, pour de nombreux Colombiens, il est légitime, il était là bien avant l’arrivée des colons à partir de 1492, il n’en est rien des Afro-colombiens qui ne sont que tolérés ; arrivés bien après la catastrophe humaine que fut la découverte du continent de l’Amérique du sud, ils sont arrivés par milliers, enchaînés, sans humanité et sans dignité qui leur avaient été retirées par ceux ayant commis un crime contre l’humanité. Depuis ils sont confrontés à une histoire que le peuple colombien et particulièrement les gouvernements successifs ne veulent pas assumer et avec laquelle ils trouvent quelques avantages puisqu’ils peuvent continuer à coloniser, à raciser, à violenter, à expulser, à tuer, à priver d’éducation, d’eau, d’électricité, de soins toute une partie de la population colombienne tout en se présentant face à la communauté internationale défenseurs des droits, respectueux de la Rule of law, socieux de la communauté afro-colombienne en lançant officiellement en 2016 la Décennie internationale pour les personnes d’ascendance africaine et tout en faisant adopter un arsenal visant principalement la lutte contre le racisme et pour le respect de la vie des Afro-colombiens. Il en est des droits des Afro-colombiens comme des accords de paix. Tout cela s’inscrit dans un rapport de forces guidé par la colonialité du pouvoir pour lequel certaines vies comptent encore moins que d’autres ; d’après leurs références euro-centrées, seuls ceux se réclamant de la Modernité peuvent avoir le statut d’Êtres. Privés de leurs droits fondamentaux les Afro-colombiens sont repoussés toujours plus loin dans une zone de Non-Êtres. Mais la grève générale, et particulièrement à Cali, a été un point de rupture ; le corps noir, face à la répression endémique qu’il éprouve, et face à l’usage de l’usage de la force disproportionné, a agi, dans son engagement corporel militant, comme lieu d’une pratique de l’émancipation contre le racisme structurel. Reste qu’une grande partie de la société colombienne ayant tiré avantage des décennies de guerre civile et le gouvernement, tirant avantage de ses liens avec les narco trafiquants et le trafic des armes ne sont certainement pas prêts à abandonner et à partager les droits qu’ils se sont arrogés tout en violant le droit national, le droit régional mais aussi le droit international et y compris le droit international humanitaire. Les touristes feraient bien de réfléchir avant de poser un pied en Colombie. A qui profite leur présence ? Pour conclure, si l’on admet que la Colombie est un magnifique pays on doit en retour reconnaître que c’est un pays aux 1 001 graves violations affectant particulièrement les Afro-colombiens.

Fondation Frantz Fanon

admin
A propos admin 494 Articles
Fondation Frantz Fanon