The Colombian people taking to the streets: resistance to a compartmentalized colonial world

©Leon Hernandez

Version française

Since the end of April, the Colombian people, in the majority of cities, is invading the streets to denounce corruption but especially the liberal policies taken by President Duque and his right-wing government. By voting the sustainable solidarity law (increased VAT on food, lowered income tax threshold  to $ 656 / month, -542 euros-), this government, which voted in 2019 a finance law granting to the richest a tax cut that costs 4625021,85 euros to the country, was looking for new cash inflow, indicating by doing so which part of the Colombian society it favors.

President Duque withdrew the law after a few days; but let’s not be fooled, it will come back under new and equally colonial clothes. This sustainable solidarity law, iniquitous and undignified, is a perfect example of the coloniality of power in the states that have emerged from European colonization since 1492, where it is exercised particularly on racialized, marginalized and precarious bodies. Disguised under the terms of « sustainable solidarity » -new fad of euro-centric democracies-, this law makes the Non-beings responsible for the budget deficit of the country.

It is up to the non-beings to be in solidarity so that the comprador bourgeoisie and the latifundists get richer and richer, and support without any qualms a government sold to the violence of an implacable financial system.

All those living with monthly salaries that allow only to survive are enemies for President Duque and his government, and if they claim their right to oppose liberal policies, their right to a dignified life, their right to freedom of expression, they become terrorists manipulated by the FARC, leading the country to chaos.

The only answer is the deployment of armed force but also paramilitaries -many of them have been trained in infiltration, intelligence and other practices by Israeli agents. These paramilitaries, true militias in the service of the State and the drug cartels, have never ceased their dirty works, even if peace agreements have been signed since 2016, and particularly against Colombians most affected by the liberal laws, namely Afro and Indigenous Colombians, many of whose political leaders and human rights defenders have been murdered; there have been more than a thousand since 2016.

Afro-Colombians and indigenous people are the first victims of these massive and systematic violations. It is a matter of the government and its supporters getting their hands on thousands of hectares of land and gold deposits on which indigenous and Afro-Colombian communities live. But above all, it is a question of continuing to use the same paradigm of domination that was built in two phases in Colombia; On the one hand, the colonization of the country, since 1492, was justified by the establishment of a cultural racism that authorized the extermination of part of the indigenous peoples and the ensuing slavery; on the other hand, the development of the country was partly ensured by the enslavement of thousands of Africans who arrived on the Pacific coast of Colombia during the transatlantic slave trade, which was justified by the biological racism that reinforced the hierarchical nature of humanity Since then, Indigenous and Afro-Colombians still do not count and it is particularly against them that the State violence is exercised.

These populations are racialized, dehumanized and considered as non-beings, by the dominant ones who still do not recognize their status of Being, relegating them further and further away, denying them the right to land, even though it is guaranteed by a specific law, assuming a state racism in spite of the declarations of intention of the Colombian State, among others, laws against racism that are part of the legislative corpus; they are, however, completely ineffective. The declarations of good conduct of the Colombian State towards these two populations are just another institutional lie that the liberal governments use over and over again.

People are in the way, and especially Afro-Colombians who are a part of the Colombian society completely apart. Victims of forced displacements, threats, retaliatory measures, destruction of their homes and places of worship, obligation to abandon all their cultural and social references, the Afro-Colombians but also the Indigenous people are victims of ethnocide, even genocide in the sense that Raphael Lemkin understands it, since the policy against them aims « (to) destroy or (to) demean a whole national, religious or racial group by attacking some members of this group. This attack constitutes a serious threat to life or liberty, health, economic survival, or all of these factors combined. The perpetrators may be representatives of the state or organized political or social groups« . For Raphaël Lemkin, « genocide is aimed at the national group as an entity, and the actions in question are directed against individuals, not in their capacity as such, but as members of the national group« . It is therefore understandable why human rights defenders, community leaders and union representatives are killed in an almost systematic way. The project of these colonial societies has never changed, to make their societies whiter and whiter.

Afro-Colombians and Indigenous people, mostly ignored by all governments, are deprived of their basic rights due to structural racism that allowed these populations to be virtually without constitutional rights until 1991. They continue to be invisible and their voices are muzzled by the terror of the army and paramilitaries when they demand their rights, but above all, an end to the structural racism that has become a state system. In Buenvatura, for example, the construction of a deep-water port has been the scene of heinous massacres without the State expressing alarm. Afro-Colombian fishermen were the object of a ruthless struggle to force them to leave their precarious dwellings built on the lagoon. Structural racism is revealed and taken to the height of ignominy when it comes to dislodging Afro-Colombians or Indigenous people from their territories when a law is supposed to protect them.

What is happening in Cali, where the army and the paramilitaries are creating a state of terror in a totally militarized city, is not a surprise. In Colombia, the culture of repression has become the rule. The government assures that it is to avoid looting… As in many protest movements, one has the right to wonder about the instrumentalization of groups storming stores, even if some demonstrators may seize the opportunity of an open door or a broken window.

The call on the army in the city of Cali is reminiscent of Donald Trump’s call for the army to intervene in order to silence the voice of the demonstrators and to stop the outbursts of the demonstrations after the death of George Floyd in the name of the famous Law and Order, which will be taken up by many presidents, including that of France and the Netanayou government. Faced with the suffocation of the people, the States of the Euro-centric Modernity and of white Supremacy refuse to hear the voices of the racialized non-beings. Their reaction is identical: police violence is the norm, impunity is the rule, and if it is not enough, the army is called in, with the result that the so-called « terrorists » are locked up en masse. Some countries claiming their democracy as a model for the world have turned state violence into social policy and are challenging rights such as freedom of expression and the right to demonstrate.

This state violence, expressed with more or less intensity, marks, for some countries, the impossible or unfinished construction of a state regulating social relations; for others, the rupture arrives because after having ensured a space for the regulation of conflicts, some democratic states suppress this place of collective management. Thus decided the liberal capitalist system to which the majority have presented their credentials. The people are in the way; the Colombian people, including Afro-Colombians and indigenous people, are in the way by refusing the liberal policies of their government. Let’s not leave them alone. Some peoples have already become aware that they are no longer interlocutors with their authoritarian government, which sees them as ‘terrorists’. Let us resist the world of compartmentalized colonial domination, let us resist the Manichean world.

Mireille Fanon Mendes France

June 2021


Le peuple colombien dans la rue: résistance face à un monde colonial compartimenté

Depuis la fin du mois d’avril, le peuple colombien, dans la majorité des villes, envahit la rue pour dénoncer la corruption mais surtout les politiques libérales prises par le président Duque et son gouvernement de droite. En votant la loi de solidarité durable (hausse de la TVA sur l’alimentation, augmentation de l’impôt sur le revenu à partir de 656 dollars/mois, -542 euros-), ce gouvernement qui avait voté en 2019 une Loi de financement octroyant aux plus riches une baisse d’impôts qui a coûté au pays  4 625 021,85 euros s’était mis en quête de nouvelles rentrées d’argent, ce faisant il indique à quelle partie de la société colombienne vont ses faveurs.

Le président Duque a bien retiré la loi au bout de quelques jours ; ne nous y trompons pas, elle reviendra sous des habits neufs et tout aussi coloniaux. Cette loi dite de solidarité durable, inique et indigne, illustre parfaitement ce qu’est la colonialité du pouvoir dans les Etats issus de la colonisation européenne à partir de 1492, où elle s’exerce particulièrement sur les corps racisés, marginalisés et précarisés. Maquillée sous les termes «solidarité durable» -nouveaux engouements des démocraties euro-centrées-, cette loi rend responsables les Non-Êtres du déficit budgétaire du pays.

Aux Non-Êtres d’être solidaires pour que la bourgeoisie comprador et les latifundistes s’enrichissent toujours plus et soutiennent sans aucun état d’âme un gouvernement vendu à la violence d’un système financier implacable.

Tous ceux vivant avec des salaires mensuels qui ne permettent que de survivre sont pour le Président Duque et son gouvernement des ennemis et s’ils revendiquent leur droit de s’opposer aux politiques libérales, leur droit à une vie digne, leur droit à la liberté d’expression, ils deviennent des terroristes manipulés par les FARC et qui mènent le pays au chaos.

Seule réponse, le déploiement de la force armée mais aussi des paramilitaires -dont nombre d’entre eux ont été formés aux techniques d’infiltration, de renseignement et autres pratiques par des agents israéliens-. Ces paramilitaires, véritables milices au service de l’Etat et des cartels de la drogue, n’ont jamais cessé leurs basses œuvres, même si les Accords de paix sont signés depuis 2016, et particulièrement contre les Colombiens les plus affectés par les lois libérales, à savoir les Afro-colombiens et les Indigènes dont de nombreux leaders politiques et défenseurs des droits humains ont été assassinés ; on en compte plus d’un millier depuis 2016.

Les Afro-colombiens et les Indigènes sont les premières victimes de ces violations massives et systématiques. Il s’agit pour le pouvoir et ses affidés de mettre la main sur des milliers d’hectares de terre et sur les gisements d’or sur lesquels vivent des communautés indigènes et afro-colombiennes. Mais il s’agit surtout de continuer à utiliser le même paradigme de domination qui s’est construit en deux temps en Colombie ; d’une part, la colonisation du pays, dès 1492, a été justifiée par la mise en place d’un racisme culturel qui a autorisé l’extermination d’une partie des peuples indigènes ainsi que l’esclavage qui s’ensuivit, d’autre part, le développement du pays a été en partie assuré par la mise en esclavage de milliers d’Africains arrivés sur la côte pacifique de Colombie lors de la traite négrière transatlantique, cela ayant trouvé sa justification dans le racisme biologique confortant la hiérarchisation de l’humanité. Depuis lors, aussi bien les Indigènes que les Afro-colombiens ne comptent toujours pas et c’est particulièrement contre eux que s’exerce la violence d’Etat.

Ces populations sont racialisées, déshumanisées et  considérées comme des Non Êtres, par des dominants qui ne leur reconnaissent toujours pas le statut d’Être, en les reléguant toujours plus loin, en leur refusant le droit à la terre pourtant garanti par une loi spécifique, en assumant un racisme d’Etat malgré les déclarations d’intention de l’Etat colombien, entre autres des lois contre le racisme qui font partie du corpus legislative; elles sont pourtant totalement ineffectives. Les déclarations de bonne conduite de l’Etat colombien à l’égard de ces deux populations ne constituent qu’un mensonge institutionnel supplémentaire que les gouvernements libéraux manient à l’envi.

Les peuples gênent, les peuples empêchent; et particulièrement les Afro-colombiens qui sont une partie de la société colombienne complétement à part. Victimes de déplacements forcés, de menaces, de mesures de rétorsion, de destruction de leurs habitations et de leurs lieux de culte, d’obligation d’abandonner toutes leurs références culturelles et sociales, les Afro-colombiens mais aussi les Indigènes sont victimes d’ethnocide, voire de génocide au sens où Raphaël Lemkin[1] l’entend puisque la politique à leur endroit vise « (à) détruire ou (à) avilir tout un groupe national, religieux ou racial en attaquant certains membres de ce groupe. Cette attaque constitue une grave menace pour la vie ou pour la liberté, la santé, la survie économique, ou pour tous ces facteurs conjugués. Les coupables peuvent être des représentants de l’État ou des groupes politiques ou sociaux organisés ». Toujours pour Raphaël Lemkin, « le génocide vise le groupe national en tant qu’entité, et les actions en question sont dirigées contre des individus, non pas ès qualité, mais en tant que membre du groupe national[2]».Dès lors on comprend pourquoi les défenseurs des droits humains, les leaders des communautés et les représentants syndicaux sont tués de manière presque systématique. Le projet de ces sociétés coloniales n’a jamais changé, parvenir à rendre toujours plus blanches leurs sociétés.

Les Afro-colombiens et les Indigènes, la plupart du temps, ignorés par tous les gouvernements, sont privés de leurs droits fondamentaux en raison d’un racisme structurel qui a permis que ces populations soient pratiquement sans droits constitutionnels jusqu’en 1991. Elles continuent à être invisibilisées et leur voix est muselée par la terreur que font régner l’armée et les paramilitaires dès qu’elles revendiquent leurs droits mais surtout la fin du racisme structurel érigé en système d’Etat. Ainsi à Buenvatura, la construction d’un port en eau profonde a été le théâtre de massacres odieux sans que l’Etat s’en alarme. Les pêcheurs afro-colombiens ont été l’objet d’une impitoyable lutte pour les forcer à quitter leurs habitations précaires construites sur la lagune. Le racisme structurel se dévoile et est porté au comble de l’ignominie lorsqu’il s’agit de déloger les Afro-colombiens ou les Indigènes de leurs territoires alors qu’une loi est censée les protéger.

Ce qui se passe à Cali où l’armée et les paramilitaires font régner un état de terreur dans une ville totalement militarisée n’est pas une surprise. En Colombie, la culture de la répression est devenue la règle.  Le gouvernement assure que c’est pour éviter les pillages… Comme dans de nombreux mouvements de contestation, on est en droit de s’interroger sur l’instrumentalisation de groupes à l’assaut de magasins même si certains manifestants peuvent saisir l’opportunité d’une porte ouverte ou d’une fenêtre brisée.

L’appel à l’armée dans la ville de Cali rappelle celui lancé par Donald Trump prêt à faire intervenir l’armée pour museler la voix des manifestants et mettre un point d’arrêt aux débordements des manifestations après la mort de George Flyod au nom du fameux Law and Order, qui sera repris par nombre de présidents dont celui de la France et du gouvernement Netanayou. Face à l’étouffement des peuples, les Etats se réclamant de la Modernité euro-centrée et de la ‘white Supremacy’ refusent d’entendre les voix des Non- Êtres racisés. Leur réaction est identique : la violence policière est d’usage, l’impunité est la règle et si cela ne suffit pas on fait intervenir l’armée avec à la clé un enfermement massif des dits « terroristes ». Certains pays revendiquant leur démocratie, modèle donné au monde, ont érigé la violence d’Etat en politique sociale et remettent en cause des droits comme ceux concernant la liberté d’expression  et le droit de manifester.

Cette violence étatique, s’exprimant avec plus ou moins d’intensité, marque, pour certains pays, l’impossible ou l’inachevée construction d’un Etat régulateur des rapports sociaux, pour d’autres la rupture arrive car après avoir assuré un espace de régulation des conflits, certains Etats démocratiques suppriment ce lieu d’une gestion collective. Ainsi en a décidé le système capitaliste libéral auquel la majorité ont présenté leurs lettres de créance. Le peuple gêne ; le peuple colombien, dont les Afro-colombiens et les Indigènes, en refusant les politiques libérales de son gouvernement, gêne. Ne les laissons pas seuls. Certains peuples ont déjà pris consciences qu’ils n’étaient plus des interlocuteurs face à leur gouvernement autoritaire qui voit ce peuple comme autant de ‘terroristes’. Résistons au monde de domination coloniale compartimenté, résistons au monde manichéen. 

Mireille Fanon Mendès France

Juin 2021


[1][Raphaël Lemkin, professeur de droit international, a inauguré le concept de génocide et est à l’origine de la convention sur le génocide ; Barbara Crossette, « Salute to a Rights Campaigner », in New York Times, 19 juin 2001

[2] Raphael Lemkin, Axis rule in occupied Europe : laws of occupation, analysis of government, proposals for redress, Washington, Carnegie Endowment for International Peace, Division of International Law, 1944, p. 79.

admin
A propos admin 489 Articles
Fondation Frantz Fanon