En défense de Franco Lollia de la Brigade Anti-Négrophobie : Communiqué de la Fondation Frantz Fanon

Le 18 janvier 2021 Franco Lollia est convoqué devant le tribunal correctionnel de Paris pour avoir dénoncé le rôle de Colbert dans la rédaction du Code Noir, légalisant la déshumanisation des africains arrachés à leur continent, et les tortures infligées à ceux qui tentaient d’échapper à leurs tortionnaires. En aspergeant la statue de Colbert de peinture rouge, Franco Lollia a dénoncé la négrophobie d’Etat qui persiste dans l’ensemble de la société, en s’inscrivant dans le mouvement global d’iconoclasme décolonial mené par les mouvements noirs. Les représentants de la nation passant chaque jour devant sa statue, ou se réunissant dans une salle portant son nom, ne peuvent ignorer que Colbert, pour être l’un des bâtisseurs de l’Etat centralisé moderne, a d’abord été l’un des rédacteurs du scandaleux code Noir.

Au delà de cet exemple, la France regorge de symboles coloniaux, dont la persistance au sein mêmes des institutions de l’Etat Français est la preuve manifeste du racisme d’Etat. A ce racisme d’Etat s’ajoute une hypocrisie d’une bonne part des responsables politiques, prétendant donner un intérêt pédagogique à ces symboles de la négation des vies noires. La mémoire de ceux qui ont légalisé ou accompli des crime contre l’humanité n’a pas à être honorée. Maintenir dans l’espace public des statues, des rues, des bâtiments avec le nom de ces personnes signifie reconduire leur idéologie, et est une forme de justification de leurs actes. En refusant de retirer ces symboles coloniaux, l’Etat ne participe pas à une réelle connaissance d’une histoire commune mais au contraire renforce l’idée que l’homme blanc a été somme toute bon à l’égard des corps noirs. Cette obstination à maintenir Colbert dans l’espace public prouve que la démocratie moderne s’enracine dans le crime contre l’humanité commis contre les corps noirs et indigènes.

La Fondation Frantz Fanon exprime sa solidarité à Franco Lollia et au mouvement afro décolonial en lutte pour l’émancipation des corps et des consciences noires. 

Soyons nombreux à le soutenir
18 janvier à 9 heures
Tribunal Correctionnel de Paris, 28ème chambre,
Métro Porte de Clichy !

Fondation Frantz Fanon

admin
A propos admin 465 Articles
Fondation Frantz Fanon