Appel du Bandung du Nord

Il s’agit de la première conférence intercontinentale réunissant des peuples de couleur dans l’histoire de l’humanité ! (…) Que les dirigeants des peuples d’Asie et d’Afrique puissent se réunir dans leurs propres pays pour discuter et débattre de questions d’intérêt commun marque un nouveau départ dans l’histoire du monde.

 

 

Ah, mes chers frères et sœurs, faites en sorte que cette conférence remporte un grand succès ! Malgré la diversité existant parmi ses participants, faits en sorte qu’elle remporte un grand succès ! Oui, il y a de la diversité parmi nous. Qui le nie ? (…) Mais quel mal y aurait-il à la diversité ? (…) Cette conférence n’a pas pour but de nous opposer les uns aux autres[1]. »
C’est par ces mots que le président Sukarno a ouvert une conférence internationale intitulée « Faisons émerger une nouvelle Afrique et une nouvelle Asie », dans la ville indonésienne de Bandung, en 1955. Il s’agissait de la première réunion internationale de chefs d’États de pays du Sud global.

Du 5 au 7 mai 2018, le comité du « Bandung du Nord » organisera une conférence internationale à Paris, s’inscrivant dans l’esprit de la conférence de Bandung de 1955. Ce sera la première conférence internationale de personnes de couleur prenant à bras le corps les questions concernant les non-blancs vivant dans le nord global, afin de discuter de problématiques qu’elles ont en commun.

Le « Nord global » fait référence aux pays d’Europe occidentale, d’Amérique du Nord et d’Océanie, qui ont colonisé et se sont partagé l’Afrique, l’Asie et les Amériques. Aujourd’hui, de larges communautés du Sud global vivent au sein de leurs métropoles. Sur 800 millions de personnes vivant dans ces pays, on estime le nombre de non-blancs à 160 millions.

Ils font l’expérience du racisme dans toutes les sphères de la vie, tel un rappel constant de la continuité de l’héritage colonial. Le racisme ne se manifeste pas uniquement à travers les discriminations sur la base de la couleur de peau, mais également sur la base de la religion, de l’origine et de la culture. Le racisme est enraciné dans les institutions économiques, sociales, politiques et culturelles. Le racisme se retrouve également dans les domaines de la santé, du logement et du monde du travail où les non-blancs se retrouvent toujours en position d’infériorité par rapport aux blancs. Le racisme se traduit par la ségrégation sociale. Il se manifeste dans le système politique qui prive les non-blancs de parole et impose un récit dominant sur le terrorisme qui facilite la montée d’un État policier et cible les personnes non blanches. Il se manifeste dans la culture qui promeut le concept de supériorité de l’Occident et d’infériorité du reste du monde, impose l’assimilation et instrumentalise la diversité.

Les communautés non blanches du Nord global sont porteuses d’une diversité d’expériences historiques : le génocide indigène et la spoliation des terres, l’esclavage transatlantique et d’autres formes de migrations forcées, l’immigration actuelle due aux guerres coloniales et une pauvreté et des inégalités aggravées. En retour, elles ont amené une diversification des mouvements sociaux et ont proposé leurs propres récits quant à leurs oppressions et exploitations.

Le Bandung du Nord a pour objectif de proposer l’idée d’une Internationale Décoloniale qui scellerait une alliance politique entre les mouvements
décoloniaux d’Occident. Il s’agira de forger des projets et des outils de lutte et de résistance face, d’une part, à la montée des nationalismes suprémacistes et de l’ultra libéralisme et, d’autre part, à la poursuite de la domination impérialiste sous toutes ses formes.

Cette conférence comportera des sessions plénières avec quatre intervenants principaux : Angela Davis, Fred Hampton Jr., Ramon Grosfoguel et Eli Domota. Les différents ateliers exploreront différentes thématiques allant de la montée de l’État policier jusqu’aux rapports entre les mouvements sociaux des communautés noires, indigènes, rroms, asiatiques et islamiques.

Le comité organisateur de cette conférence est composé du réseau décolonial international (DIN) et de militants vivant en France.

[1]« Discours d’ouverture de Sukarno, Bandung, 18 avril 1955,

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*